dimanche, juillet 14, 2024

À découvrir

Articles liés

Lager Mexicaine

Lors de mes dernières sorties chez des détaillants, j’ai remarqué une bonne présence de Lager Mexicaines produite par les microbrasseries du Québec. Ça m’a laissé perplexe au début, car on connait tous la Corona comme étant une bière de soif par excellence l’été ou l’hiver quand on veut revivre notre dernier voyage dans le sud… mais il s’en dégage tout de même une réputation de bière commerciale industriellement produite donc loin de la facture artisanale donc je fus témoin.

On pourrait croire que ce style est une invention marketing des grands brasseurs pour nous vendre des bières s’accordant avec un parasol, une serviette de plage, un sceau de glace avec un logo assorti et surtout du sable à des endroits inconfortables, mais la réalité est tout autre. On sait que la bière a suivi l’histoire des civilisations et évoluée en suivant son fil, c’est ici le cas.

Les Mayas du Mexique préparaient des boissons fermentées vers 900-500 av. J.-C., elles étaient faites soit à partir de maïs, le tesgüino ou soit de miel, le tepache. Ces boissons sont d’ailleurs toujours brassées de nos jours.

Puis vint Maximilien Premier, dirigeant autrichien en place pendant les trois années où le territoire sera sous occupation française par Napoléon III, en 1861. Il amena avec lui un lot d’immigrants autrichiens et allemands qui se sont installés au Texas et au Mexique. Des brasseurs furent du voyage et une fois sur place, ils se mirent à brasser des bières de leurs pays natals. Ils incorporèrent du maïs aux recettes et produiront surtout des bières de près de la Vienna lager et des bières légères, pâles et rafraichissantes pour s’adapter au climat tropical.

Il y aura ensuite en 1890 la création de la Cervecería Cuauhtémoc Moctezuma par une famille mexicaine, elle fut l’une des plus importantes de la région et appartient aujourd’hui à Heineken International.  D’autres brasseries ont émergé à cette époque, la prohibition américaine de 1920 à 1933 a fortement contribué à leur essor. Mais comme toute bonne chose à une fin, quand la prohibition fut levée, bon nombre de petites brasseries, surtout celles situées à la frontière fermèrent leur porte.


Envie de lire la suite... Devenez Membre Premium
Abonnez-vous à notre Infolettre pour ne rien manquer de Bières et Plaisirs.
Caroline Avoine
Caroline Avoine
Caroline Avoine, c’est avec un nom de famille prédestiné au milieu brassicole que cette jeune femme trouva l’amour en la bière à un âge légal. It was Love at first sip ! Adepte du brassage maison depuis plusieurs années, elle adore découvrir les nouveautés du paysage houblonné du Québec. Dans tout ce panorama riche en saveurs, elle fit sa place comme Bière-Cialiste pour l’équipe de GMPQ Médias et comme cliente régulière des microbrasseries de la ville de Québec. De sa nature marginale et infortunée d’un excès d’imagination, elle aime parler de bière et les mettre en valeur d’une façon bien à elle.

Articles populaires

×