Fini la caisse de 24 ?

En tant que consommateur, vous n’avez aucune idée du format de la caisse livrée par la brasserie à votre détaillant préféré, mais vous désirez acheter la bière la plus fraîche possible. Des changements dans le format de la caisse risquent de vous donner raison.

Dans le jargon du marché de la bière, il existe une unité de mesure, utilisée principalement pour définir les volumes de ventes, c’est la « caisse métrique ». Basée sur l’ancienne caisse de bouteilles brunes AT-2, au nombre de 24, la caisse métrique est d’une valeur de 8,13 litres de bière. Considérant les différents formats disponibles pour le même produit, surtout chez les grands brasseurs, la caisse métrique (CAM) est l’unité universelle qui permet de suivre l’évolution des ventes, pour des ententes commerciales par exemple. La CAM est donc basée sur un ancien format de caisse très populaire, la caisse de 24 !

Au cours des dernières années, différents formats de caisse ont vu leur apparition jusqu’à avoir la caisse de 36 canettes, très populaire en période estivale. Bien entendu, on est dans la catégorie Premium / Super Premium, rares sont les microbrasseries qui offrent des caisses de 36 canettes identiques – en fait, il n’y en a aucune.  

Cependant, devant le marché de la bière et l’entente privée de la gestion des consignes – surtout de la bouteille AT-2, les microbrasseries ont commencé à offrir leurs produits dans le même format, la caisse de 24. Pourquoi pas 23 ou 25 ? Parce qu’elle est très pratique avec ses 4 rangées de 6 bouteilles ou de 6 rangées de 4 bouteilles. Et vous l’aurez compris, les sous format de 12-pack et 6-pack sont des divisions logiques d’une caisse de 24.

Lorsque les microbrasseries ont commencé à se diriger vers les canettes, le format de 24 canettes a donc été choisi naturellement. On aurait pu y aller de 18, 30 ou même 36, la seule contrainte est le découpage et l’impression du carton.

Sur la tablette, le détaillant va disposer, en règle générale, 6 canettes de profond sur 1 de large. Avec le développement des microbrasseries au Québec et l’augmentation de l’offre sur les tablettes, le nombre de bières différentes ayant augmenté, la clientèle a tendance à acheter 2-3 bières par mois pour chaque variété. C’est bien entendu une moyenne, mais qui représente environ 80% des achats de bières au Québec.

Si le détaillant achète une caisse de 24 du même produit, il doit considérer la garder en arrière-boutique Plusieurs problématiques se pointent à l’horizon :

  • Le détaillant va vendre sa caisse en 8 à 12 mois, diminuant la fraîcheur d’un produit imputable à la qualité de l’encannage-embouteillage et, bien entendu, du brassage. Une bière peut tenir 12 mois dans un contenant hermétique, si celui-ci est exempt de tout défaut ou d’air ambiant, par exemple. Mais ce n’est pas le cas de bon nombres de bières sur le marché.
  • Le détaillant va devoir débourser le prix de la caisse et diminuer ses liquidités pour réaliser une marge moyenne de 28% dans un délai relativement long. Normalement, la vente de bière est considérée comme « vente garantie » dans le milieu, les grands brasseurs et brasseurs régionaux ayant pour habitude de reprendre les invendus, mais dans la microbrasserie la démarche n’est pas encore répandue. Loin de là.
  • Le consommateur est fidèle à un courant brassicole, mais pas forcément à une marque. Devant autant de choix, il est très difficile de lui faire acheter la bière deux fois de suite. La vélocité de chaque produit est donc mise à rude épreuve.

La solution, des caisses de 12

Plusieurs microbrasseries ont changé de format de caisse pour offrir des caisses de 12 d’un produit, limitant ainsi le nombre de bières à acheter en même temps et assurant une meilleure fraîcheur du produit – si la brasserie brasse régulièrement le produit, bien entendu.

L’initiative plaît de plus en plus aux détaillants qui peuvent offrir un choix de bière tout aussi vaste, avec un impact moins grand sur les liquidités et en s’assurant d’une meilleure fraîcheur sur les tablettes. Car de la bière pas fraîche, il y en a !

Est-ce une tendance que l’on va voir de plus en plus ? Je crois en effet que la caisse de 12 va devenir de plus en plus populaire auprès des détaillants, que les brassins vont être brassés en plus petites quantités, mais plus souvent, et que les salles de brassage des microbrasseries vont augmenter leur capacité de fermentation et seront composées de plusieurs fermenteurs de moyenne taille, plutôt que la tendance actuelle d’augmenter la capacité de brassage.

Un dossier à suivre dans les prochaines années car quelques brasseries ont fait le pari inverse.

Commentaires

Accueil
Mur
Calendrier
Blogue
Mon Compte
error: Alerte: Contenu protégé