Mille ans de service : ces pubs qui ont survécu aux catastrophes

Les temps sont difficiles pour les bars, les pubs et les restaurants. La COVID-19 a acculé plusieurs administrations au pied du mur. D’après Statistique Canada, 42,9% des restaurants et des bars à l’échelle nationale ont déclaré une baisse des revenus de 40% ou plus. Un peu plus de la moitié des restaurants du Québec ont déclaré une baisse des revenus de 40% ou plus. Le Manitoba et l’Ontario partagent un portrait similaire. L’Europe n’est pas en reste. D’après la British Beer and Pub Association, l’industrie britannique des pubs a perdu près de £5.7 milliards (10 milliards $CAN). Certaines faillites frappent l’imagination comme celle du Ye Olde Fighting Cocks de St Albans, dans le Hertfordshire, au nord de Londres, ont dû mettre la clé sous la porte due aux difficultés financières entrainées par la COVID-19. Le pub anglais est demeuré ouvert depuis l’an 793, soit 1229 ans d’existence plus ou moins ininterrompue. L’établissement a survécu à la Grande Peste, à de nombreuses guerres civiles, aux deux guerres mondiales, à la Grande Dépression et la Grande Récession. L’image est forte. D’après le livre Guinness des records, le pub serait le plus ancien d’Angleterre bien que d’autres établissements disputent le titre. Aussi, afin de brosser un portrait quelque peu impressionniste de ce qui est menacé par une crise à la portée encore difficilement appréciable, je vous propose d’explorer quelques-uns des plus anciens pubs et restaurants d’Europe.

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé