Du temps où on servait à boire en prison

Omni la vie, qu’est-ce qu’une personne a le plus à perdre que sa liberté de mouvements et de choix de vie ? Pourtant, il y a trois siècles, les peines d’emprisonnement n’existaient virtuellement pas. Les autorités n’enfermer pas pour punir, mais pour surveiller. Autrement dit, les prisonniers étaient des hommes et des femmes en attendent de leur procès et de leur condamnation. On
error: Alerte: Contenu protégé