Des temps amers pour la Bitter (suite)

La Bitter est incontestablement une bière de session. On l’apprécie dans différentes occasions, car elle est plutôt passe-partout et surtout facile à enchaîner. Lors de ma dernière chronique, on a parlé de la Bitter qu’on ne voit que très peu au Québec particulièrement conditionné et servi en cask comme le veut la tradition anglaise. On en retrouve néanmoins des versions intéressantes en canettes sur nos tablettes, plus souvent en appellation Best Bitter ou Extra Special Bitter, un peu plus forte et plus effervescente évidemment.

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé