La gazéification en dégustation (2e partie)

Passer d’une Ale anglaise en cask à une bière belge en bouteille, c’est comme se baigner dans un lac calme, puis se lancer illico dans un bain tourbillon… Vous comprendrez que l’effet sur le corps sera saisissant! Au dernier numéro, je vous présentais les deux modes de gazéification les plus communs en Amérique du Nord : la gazéification artificielle autour de 2,5 volumes de CO2 et la gazéification naturelle au même volume. Bien que ces méthodes soient les plus populaires sur notre continent, il reste qu’une panoplie d’autres textures – comme celle des Britanniques et celles des Belges – sont possibles. Voici un survol des techniques de refermentation et de service qui influent beaucoup sur la texture d’une bière. Gazéification à l’azote Une visite du musée Guinness à Dublin révèle rapidement que la version non azotée de la Guinness, proposée en bouteille sur place, est une créature complètement différente de celle…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé