Commerce de détail : que nous réserve l’après-COVID?

Avec les bars et les restaurants fermés, plusieurs détaillants ont connu des ventes record de bière. Comment entrevoient-ils l’avenir? Des intervenants s’expriment. Le confinement et l’imposition de mesures sanitaires ont considérablement changé les habitudes de consommation des Québécois. « On a connu une hausse de vente significative dans l’ensemble des épiceries et des commerces d’alimentations », con­firme Pierre-Alexandre Blouin, président-directeur gé­néral de l’Association des détaillants en alimentation du Québec. Confinés à la maison, les gens cuisinent davantage, entraînant une hausse dans tous les départements (viandes, poisson, etc.), et l’alcool n’est pas en reste. Raphael Ethier, propriétaire de la Station des bières à Belœil a aussi connu une année exceptionnelle, mê­me durant les périodes où les restaurants et les pubs ont pu brièvement rouvrir. « On a eu de grosses semaines, surtout l’été. Et, alors que les mois d’octobre et de novembre sont d’habitude tranquilles, ça a été excellent pour nous », confie-t-il.  « Il n’y…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé