La ferme brassicole, un projet agricole avant tout

Acheter local et si possible directement chez le producteur sont des comportements de plus en plus valorisés chez les consommateurs. L’industrie de la bière n’y échappe pas. Vendre une bière qui provient de la ferme, voilà un succès marketing garanti. Pourtant, n’est pas ferme brassicole qui veut.   Il ne suffit pas de faire des bières dites « fermiè­res », un terme qui réfère à un style de bière bien précis. Brasser de la bière en achetant son orge ou son houblon des producteurs agricoles voisins, aussi louable que ce soit, ne suffit pas non plus pour prétendre au titre de ferme brassicole.  Dans l’expression « ferme brassicole », il y a le mot « ferme », et toute la réalité agricole qui vient avec. Rendons à César ce qui revient à César. Des brasseurs québécois se lèvent chaque matin pour nourrir leurs animaux, semer de l’orge, récolter du houblon, entre deux brassées de bière. Un métier sur mesure, qu’ils…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé