Canneberge 2.0

Ce sont les gelées successives qui font murir la canneberge, petite baie rouge qui pousse dans les tourbières des pays nordiques. Dernier fruit cueilli, tard à l’automne, et même parfois coiffé de neige, on trouve la canneberge sur nos tables durant le temps des Fêtes. Pas de dinde sans gelée d’atocas! C’est la tradition.  Atoca? C’est ainsi que les hurons appellent la canneberge, tel que rapporté dès 1632 par le frère Sagard dans son livre Le grand voyage du pays des Hurons. Les peuples autochtones de l’Amérique du Nord l’utilisent depuis toujours comme remède et comme aliment, en accompagnement de viande et poisson. Fraîche ou séchée, la canneberge représente une source importante de vitamines durant les temps froids.  Autrefois récoltée à l’état sauvage dans la nature, la canneberge est de plus en plus cultivée. Au début des années 90, trois cannebergières étaient en activité au Québec. En 2020, on en compte 81, situées à 90 %…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé