Apprivoiser les huîtres

Se réserver les mois en « bre » pour déguster les huîtres a son lot de charme. Pourtant, depuis que la mariculture s’est développée, on peut s’en rassasier tout au long de l’année. Belle occasion pour apprivoiser le mollusque salé.  Plus les consommateurs y ont accès, plus ils en raffolent. Jason Tremblay, propriétaire du restaurant Joséphine de Montréal, a voulu saisir la tendance, en dédiant son établissement aux poissons et aux fruits de mer. Un choix qu’il ne regrette pas.   Son restaurant continue à offrir des poissons québécois et des huîtres pour emporter, malgré la pandémie. « Ce n’était pas tellement dans no­tre culture montréalaise que de manger des produits de la mer. Il faut encore démontrer aux gens ce qu’est un poisson bien apprêté, des fruits de mer bien frais. » Selon lui, les clients sont facilement conquis.  Plutôt qu’un manque de culture ou de curiosité, comme on se l’entend parfois reprocher, le désintérêt des québécois pour les fruits de…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé