Apprivoiser les huîtres

Se réserver les mois en « bre » pour déguster les huîtres a son lot de charme. Pourtant, depuis que la mariculture s’est développée, on peut s’en rassasier tout au long de l’année. Belle occasion pour apprivoiser le mollusque salé.  Plus les consommateurs y ont accès, plus ils en raffolent. Jason Tremblay, propriétaire du restaurant Joséphine de Montréal, a voulu saisir la tendance, en dédiant son établissement aux poissons et aux fruits de mer. Un choix qu’il ne regrette pas.   Son restaurant continue à offrir des poissons québécois et des huîtres pour emporter, malgré la pandémie. « Ce n’était pas tellement dans no­tre culture montréalaise que de manger des produits de la mer. Il faut encore démontrer aux gens ce qu’est un poisson bien apprêté, des fruits de mer bien frais. » Selon lui, les clients sont facilement conquis.  Plutôt qu’un manque de culture ou de curiosité, comme on se l’entend parfois reprocher, le désintérêt des québécois pour les fruits de…
error: Alerte: Contenu protégé