Le brassage maison au temps de la COVID

Alors que des millions de gens ont profité de la situation actuelle pour apprendre à faire du pain, du tricot ou apprendre le mandarin, d’autres ont profité de la situation pour apprendre à brasser ou prendre le temps de brasser à la maison. Malheureusement, brasser n’est pas aussi simple qu’entretenir un levain.  Des embuches, comme partout  Les derniers mois ont apporté leurs lots de petits (et gros) soucis dans nos vies et il n’y avait pas de raison pour que le brassage n’écope pas.   L’Association des Brasseurs Amateurs du Québec (LABAQ) a décidé d’annuler ses formations en personne au printemps par sécurité (avant même que les rassemblements soient interdits), L’Institut Brassicole du Québec (IBQ) a aussi suspendu ses formations pour les amateurs jusqu’à janvier.  Finalement, les festivals et événements publics ayant pratiquement tous été annulés cette année, aucune démonstration de brassage n’a pu être faite pour enseigner la marche à suivre. Les…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé