Comment le Québec brassicole pourrait-il s’améliorer?

On peut être fier de dire que plusieurs brasseurs du Québec gagnent des prix nationaux et ce, régulièrement. On peut aussi être fier du fait que certains de ces brasseurs s’illustrent même dans des concours internationaux et ce, depuis des années. Certains d’entre eux jouissent même d’une réputation tellement béton qu’ils ne ressentent même plus le besoin de participer à de tels concours. Leurs bières sont excellentes, les affaires vont bien et tout le monde semble satisfait de l’entreprise. Le bonheur! Ceci dit, ce n’est pas en s’assoyant sur ses lauriers que la scène brassicole du Québec a évolué, pour devenir l’exemple à suivre qu’elle est aujourd’hui. Oh que non! Ce n’est pas en se satisfaisant de ses acquis que quantité de brasseurs québécois ont maîtrisé des styles belges, anglais, écossais, amé­ricains et tchèques, pour ne nommer que ceux-là. Si nos brasseurs avaient opté pour le statut quo au tournant…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé