Brasseurs artisans et crise sanitaire, une occasion de repenser les lois?

Les brasseurs artisans ont durement été touchés par le confinement : comme ceux-ci ne peuvent pas vendre sur les tablettes, leur source de revenus s’est réduite comme une peau de chagrin durant les derniers mois. Est-ce la fin du permis de type artisanal pour le moins? Il existe deux types de permis de brasseurs au Québec : le permis artisan brasseur (AB), et le permis de brasseur industriel (PB). Le permis industriel (plus cher) permet de distribuer ses produits dans les bars, les restaurants, à l’épicerie. Le permis AB a été créé en collaboration avec les instances municipales pour permettre à des brasseurs de fabriquer et de vendre sur place leur bière en plein cœur des villes, et depuis peu, pour emporter. « Le permis artisan brasseur est en décroissance, ce n’est pas un permis qui a le vent dans les voiles », affirme pourtant Marie-Ève Myrand, direc­trice générale de l’Association des microbrasseries du…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé