Boissons alcoolisées et les changements à la loi espérés par l’industrie

Depuis la création de la Loi sur la Société des alcools du Québec en 1921, les règlements encadrant la fabrication et la distribution de l’alcool ont été rapiécés maintes fois. Ils sont devenus complexes et pour certains désuets. C’est ce que répète l’industrie depuis nombre d’années en espérant que le gouvernement entreprendra une vraie refonte de la loi pour tout simplifier. À l’heure actuelle, une trentaine de lois et règlements de juridiction provinciale et fédérale encadrent la fabrication et la vente de l’alcool. Un vrai capharnaüm. La pandémie a exacerbé la situation. Alors que plusieurs entreprises jouaient leur survie, tentant de se réinventer pour s’adapter aux mesures imposées par la Santé publique, les contraintes liées aux différents permis, assor­ties du refus du gouvernement de les assouplir, se sont mises à représenter de sérieux bâtons dans les roues des brasseurs, ainsi que les propriétaires de bars et restaurants. Plus de souplesse…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé