L’alcool, service essentiel?

Le 13 mars dernier, en ordonnant à l’ensem­ble des entreprises du Québec de fermer leurs portes dans l’espoir de contrôler la pandémie de la COVID-19, le gouvernement a décrété la fabrication d’alcool comme service essentiel. Les entreprises de ce secteur ont pu demeurer en activité. L’alcool, service essentiel? La décision a fait sursauter une frange de la population. « Prendre un petit verre de vin, c’est relaxant », a répondu à la blague le premier ministre François Legault aux journalistes qui le questionnaient. Des raisons sérieuses motivaient pourtant cette décision. En plus de craindre un effet de panique où les gens se seraient précipités en magasin pour faire des provisions, « le gouvernement cherchait à éviter que certaines personnes s’approvisionnent sur des marchés noirs ou alternatifs », explique la porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux, Marie-­Claude Lacasse. Éviter des sevrages difficiles préoccupait également le gouvernement Legault,…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé