Le retour des whiskys québécois

Si le whisky ne jouit pas aujourd’hui du même impact industriel, commercial et économique au Québec qu’ailleurs en Amérique du Nord, ça n’a pas toujours été le cas. Le premier alambic destiné à faire du whisky au Canada fut installé à Montréal en 1801 par nul autre que John Molson. Son fils Thomas fit de celui-ci le plus important de tout le Commonwealth et produisit 350 000 gallons d’alcool à 50 % en 1863. Et Molson n’était pas la seule brasserie montréalaise à aussi posséder une distillerie, William Dow était également de la partie. Les géants Pensons aux années de gloire de la Seagram’s à Lasalle. Établie en 1923, il s’agit en fait de la Greenbrier Distillery du Tennessee qui a été démantelée puis rebâtie sur les bords du fleuve Saint-Laurent par les frères Bronfman, devenus de véritables barons de l’alcool à l’ère de la prohibition. Si, après la chute…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé