Marées noires

Est-ce que la taille compte? Pour les tenants d’une accumulation infinie, il n’y a pas matière à s’interroger puisque la réponse est évidemment oui. La quête insatiable pour la maximisation des profits a poussé les brasseurs britanniques du XIXe siècle à augmenter toujours plus leurs volumes de productions. La maturation d’hectolitres de bières dans d’immenses cuves de stockages fabriquées de douves de bois reliés ensemble par des cerceaux de fer; que peut-il arriver de mal?  L’économie d’échelle de la tempérance L’économie d’échelle permise par ces énormes cuves, laisse la liberté aux brasseurs de Porter d’offrir, à prix concurrentiel, une boisson jugée beaucoup plus saine aux classes ouvrières. Il faut dire qu’à l’époque, on considérait l’alcool comme nécessaire pour plusieurs classes de travailleurs manuels qui trouvaient dans la boisson, un analgésique permettant de soutenir les assauts des éléments, la douleur musculaire et physique, ou tout simplement l’ennui de tâches aliénantes. Du…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé