Brasser sauvage

On le dit dans tous les livres, dans tous les cours, sur tous les forums : il faut éviter les infections. Il faut éviter que des microorganismes s’invitent dans votre bière. Mais comment faire quand c’est exactement ce qu’on désire : brasser sauvage? Le spectre de la contamination La grande peur du brasseur qui veut essayer des fermentations mixtes (levure à bière + autres organismes) ou carrément sauvages est la contamination de l’équipement et surtout des brassins suivants. On veut essayer de bretter une bière sans pour autant que nos prochains brassins soient chevalins. Il est heureusement assez facile, avec quelques précautions, de limiter les risques. Première règle : éviter le plastique Si vous brassez dans des chaudières de plastique, si vous utilisez de l’équipement de plastique pour votre embouteillage ou vos transferts, vous devriez penser à passer au verre, à l’acier inoxydable, au silicone ou plus simplement avoir deux ensembles (clairement identifiés).…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé