Les Grecs de l’Antiquité buvaient-ils de la bière?

Déméter, la Terre-Mère, qui offre à Triptolème le savoir de la culture.
L’alimentation sert à tracer des frontières alors même que la production et la distribution des aliments sont aujourd’hui déracinées, mondialisées. Pour les Grecs de l’Antiquité, le barbare se caractérise par l’Autre, par celui qui baragouine une langue qui ressemble à un borborygme dont la sonorité s’approche de ba-ra-bar. Le barbare est celui, souvent, qui n’est pas gracié de la techné offerte par le titan Prométhée, qui a permis aux Grecs de passé de l’état de Nature à celui – sédentaire et agraire – de Culture.  Depuis Homère, le Grec se décrit comme «mangeur de céréale». Le barbare est celui qui ne mange pas de pain, ne consomme pas d’huile d’olive, ne boit pas de vin ou du moins, lorsqu’il boit celui que lui procure les Grecs, de manière immodérée et non diluée et donc non civilisée. Le barbare, c’est le mangeur de beurre et de gras animal, le buveur de lait,…
error: Alerte: Contenu protégé