Les Grecs de l’Antiquité buvaient-ils de la bière?

Déméter, la Terre-Mère, qui offre à Triptolème le savoir de la culture.
L’alimentation sert à tracer des frontières alors même que la production et la distribution des aliments sont aujourd’hui déracinées, mondialisées. Pour les Grecs de l’Antiquité, le barbare se caractérise par l’Autre, par celui qui baragouine une langue qui ressemble à un borborygme dont la sonorité s’approche de ba-ra-bar. Le barbare est celui, souvent, qui n’est pas gracié de la techné offerte par le titan Prométhée, qui a permis aux Grecs de passé de l’état de Nature à celui – sédentaire et agraire – de Culture.  Depuis Homère, le Grec se décrit comme «mangeur de céréale». Le barbare est celui qui ne mange pas de pain, ne consomme pas d’huile d’olive, ne boit pas de vin ou du moins, lorsqu’il boit celui que lui procure les Grecs, de manière immodérée et non diluée et donc non civilisée. Le barbare, c’est le mangeur de beurre et de gras animal, le buveur de lait,…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé