La vache canadienne, une race à protéger

Reconnue comme race patrimoniale à protéger par le gouvernement du Québec, la vache de race canadienne fait parler d’elle ces temps-ci. Un troupeau de 200 animaux a été sauvé de l’encan en avril dernier. Que peut-on faire, en tant que consommateur, pour favoriser la protection de cet animal dont il ne reste que quelques centaines d’individus pur-sang? Issue des premières vaches françaises amenées par bateau en Nouvelle-France au début des années 1600, la race canadienne a longtemps été la seule présente dans nos champs. Deux siècles d’isolation, avant que le régime anglais n’importe les vaches jerseys, lui ont permis de s’adapter au terroir nord-américain et de prouver sa rusticité et sa grande tolérance aux rudesses du climat.  Puis, après l’introduction des races anglaises, la petite vache noire s’est mise à perdre en popularité. En partie parce que moins prolifique que d’autres comme laitière, puis parce que le gouvernement s’est mis…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé