Se sucrer le bec à la cabane

Une cabane à sucre traditionnelle avec une sleigh et des chevaux
Chaque fois que la neige commence à fondre, l’appel de la cabane à sucre se fait sentir. Cette envie irrésistible de manger soupe aux pois, cretons bien gras, tarte au sucre onctueuse et de terminer le tout en se bourrant de tire d’érable. On ne peut y échapper. C’est dans l’ADN du Québécois. La cabane des enfants Nous avions déjà visité la Cabane à sucre Constantin, en activité depuis 1941, et en gardions un bon souvenir puisque fiston s’y était bien amusé. Nous avons donc voulu renouveler l’expérience. Si la cabane ne se distingue pas par l’originalité de la nourriture (même si tout est bon, particulièrement les cretons et la tarte au sucre), elle se démarque plutôt par les activités offertes aux enfants. On y retrouve un théâtre de marionnettes présentant la pièce Le sirop rigolo pendant laquelle les parents participent joyeusement, un musée de poupées antiques et un magasin…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé