Se sucrer le bec en levant le coude

Verre rempli de bière noire sur le sol de la forêt parmi les feuilles et les branches un jour d'automne
Produit culte de l’Amérique du Nord, plus particulièrement du Québec, le sirop d’érable se démarque des autres sucres par ses saveurs et couleurs variant au fil de la saison printanière. Dans la culture bière, on l’associe plus fréquemment aux corpulentes Scotch Ale ou aux liquoreux Barley Wine, une combinaison qui a maintes fois fait ses preuves. Pour cette chronique, c’est sur des bières plus légères que nous portons notre attention. Ce sont les transformations dans la composition de l’eau d’érable qui entraînent un changement de la texture, de la couleur et des saveurs du sirop. Plus clair et légèrement sucré en début de saison, il devient tranquillement foncé et caramélisé à mesure que l’été approche. Si le sirop d’érable et ses produits dérivés font maintenant partie intégrante de notre culture, ce n’est qu’au début du 19e siècle que les Québécois commence à réellement en produire afin de l’introduire dans les…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé