Les distilleries comme destination; le début de la route québécoise des spiritueux

Les gens de la distillerie St. Laurent célébrant l'ouverture de la boutique
Avec le changement de réglementation, il est désormais possible de se procurer directement sur place les spiritueux produits par l’ensemble des microdistilleries québécoises. Somme-nous sur le point de voir un nouveau secteur de l’agrotourisme s’ouvrir au public? « Bien sûr, nous avons accueilli la nouvelle avec beaucoup d’enthousiasme », exprime, sans grande surprise, Sophie Mercille, coordonnatrice marketing/service client de la Cidrerie Michel Jodoin, la première microdistillerie à ouvrir au Québec. Jusqu’à maintenant, bien que la cidrerie pouvait faire déguster son brandy de pomme sur place, les visiteurs ne pouvaient pas partir avec une bouteille. « C’est donc une très bonne nouvelle que nous puissions vendre nos propres produits sur les lieux », poursuit-elle. On retrouve dorénavant à la boutique le brandy de pomme et la liqueur de pomme dorée, deux spiritueux qui étaient auparavant exclusifs à la SAQ. « Beaucoup d’amateurs sont venus s’en chercher une ou plusieurs bouteilles dans les premières semaines suivant la…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES.

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

_________________

Pourquoi payer pour du contenu ? 

En cette ère numérique, vous avez l’habitude d’avoir accès à du contenu gratuit car financé autrement que par abonnement. Soit par la publicité ou des partenariats. Chez Bières et Plaisirs, nous avons décidé d’offrir un média web indépendant, sans aucun partenariat public ou caché. Toutes nos chroniques, dégustations ou critiques sont neutres et objectives. Cette décision a un prix, celui de payer nos collaborateurs, chroniqueurs et fournisseurs avec le revenus de nos abonnements.

error: Alerte: Contenu protégé