Microbrasserie des Beaux Prés. La réponse aux prières des pèlerins assoiffés

C’est en 2010 que Luc Boivin se risque finalement à poser la question tant attendue à Johanne Guindon, sa douce moitié : veux-tu déménager à Sainte-Anne-de-Beaux-Prés pour y ouvrir notre brasserie? Johanne réalisa probablement un des plus grands bonheurs de Luc en répondant : Oui! C’est aussi à l’été 2010 que Luc fut séduit par les paysages de la route 138 entre Québec et Baie-Saint-Paul alors qu’il venait d’assister à la première édition du Festibière de Québec. Il avait été agréablement surpris par l’enthousiasme des gens pour le festival et a tout de suite compris qu’il y avait un besoin…

LE CONTENU QUE VOUS DÉSIREZ LIRE EST RÉSERVÉ À NOS MEMBRES PREMIUM

Voir les offres d'abonnement

Vous êtes déja abonné ? connectez-vous

Accueil
Mur
Calendrier
Blogue
Mon Compte
error: Alerte: Contenu protégé