Dans notre inlassable quête du moment de bonheur parfait, on cherche souvent à optimiser l’expérience de notre dégustation de bière et ce, de bien des façons : bonne compagnie, ambiance musicale agréable, accord intéressant avec la nourriture, et j’en passe.  Ce sont toutefois des facteurs qui sont subjectifs, et varient donc grandement selon l’individu qui en fait l’expérience.  Un des facteurs qui est beaucoup moins sujet à interprétation est la bonne façon de verser notre liquide préféré dans notre verre.  Revisitons les points sur lesquels on peut travailler à ce niveau pour s’approcher de notre définition personnelle de l’instant de bonheur.

Mousse, mais mousse égal

Certains consommateurs, souvent issus de la culture brassicole du Royaume-Uni, considèrent comme un sacrilège d’avoir une grosse mousse qui les sépare de leur bière. D’autres cultures considèrent toutefois souhaitable d’avoir un collet variant entre un et deux pouces sur le dessus de leur bière. Parmi les avantages d’un collet de mousse sur une bière, on peut d’abord observer visuellement ce qu’on appelle la tenue de mousse. La persistance du collet est, entre autres, signe d’une teneur plus élevée en protéines dans la bière, de malt de bonne qualité, et d’absence d’ajouts de compléments comme le riz ou le maïs à la recette.  Ensuite, la présence d’une belle mousse lorsque l’on prend possession de notre verre permet d’apprivoiser doucement la bière en ressentant dans notre bouche la présence d’arômes et de goûts subtils emprisonnés dans les bulles avant d’entrer dans le vif du sujet. Cette approche, que je qualifie souvent de faire des préliminaires à sa bière, nous met en appétit pour la suite.

Température

Un autre critère des plus simples qui peut modifier énormément notre appréciation d’une bière est la température de service. Plus le breuvage est froid, plus nos papilles seront anesthésiées et moins on goûtera aux subtilités cachées dans la bière. Cela peut parfaitement convenir à ce que l’on qualifie de bières de soif, lorsque le but premier est de se désaltérer. Toutefois, il est préférable de consommer plus fraîches que glacées des bières plus liquoreuses, dans lesquelles les saveurs créent une merveilleuse mosaïque de couleurs dans notre bouche, afin de pouvoir profiter pleinement de ce qu’elles ont à nous offrir. Préparer ou commander sa bière légèrement à l’avance peut aider en ce sens.

La forme du verre

Si on parvient à mettre de côté la notion très personnelle de l’aspect visuellement agréable, original ou spectaculaire de certains réceptacles afin de se concentrer sur leurs propriétés physiques, on peut noter quelques critères objectifs à rechercher afin d’avoir une expérience de dégustation des plus agréables.  Tout d’abord, pour une bière dont les qualités principales sont au niveau de l’arôme, on recherchera un verre de type ballon, l’étroitesse de l’ouverture du verre permettant de concentrer les arômes pour une expérience plus intense. Pour une bière qui offre davantage au niveau du goût et moins sur l’arôme, on pourra inversement privilégier un verre plus évasé.

Notons aussi, en rapport avec la mousse dont je vous ai parlé plus tôt, que les légères imperfections du verre appelées points de nucléation, font en sorte de provoquer la montée des bulles de gaz carbonique qui se trouve dissout dans la bière, permettant ainsi une tenue prolongée du collet de mousse et, par conséquent, des « préliminaires » susmentionnés.  

En conclusion

Comme cadeau en cette fin d’année 2018, je vous souhaite au moins un moment de pur plaisir gustatif alors que toutes les conditions optimales seront réunies pour vous faire apprécier au maximum le savoir-faire ainsi que l’amour derrière une bière extraordinaire!