Avec l’hiver vient le goût de bières riches, chaleureuses, que l’on a envie de siroter au bord du feu. Petit guide du biercooning.

Une chaleur qui vous veut du bien

La bière d’hiver par excellence est une bière qui se boit dans un petit verre, à température cellier (env. 13°C). Vous pouvez la faire rouler dans votre verre et apprécier les dentelles de l’alcool qui glissent doucement sans vous soucier de la tenue du collet. Et bien sûr, elle doit réchauffer le corps et vous faire oublier les affres de la saison froide, de la musique de Noël et des délais de déneigement.

On parle ici des bières fortes : vin d’orge ou de blé, Porter baltique, Stout impérial, Belge brune forte, Dubbel, Dopplebock et j’en passe…

Le bois

Quelle que soit la bière que vous brassez pour l’occasion, une touche de bois ne peut que multiplier le plaisir. N’hésitez pas à faire séjourner votre bière dans un fut ou y ajouter cube/copeaux de chêne (commencez par 28 gr/20 litres, puis goûtez toutes les semaines jusqu’au résultat qui vous plaira). Personnellement, j’aime bien souvent ajouter 1 à 2 % de malt fumé à mes bières d’hiver pour leur ajouter une complexité qui rappellent vaguement l’odeur d’un brasier salvateur.

L’alcool fort

Vous avez un peu de temps devant vous? Faites tremper votre chêne dans le scotch, le whisky ou le rhum quelques semaines (ou mois!) avant de l’ajouter à votre bière. Au besoin, vous pouvez ajouter l’alcool fort dans lequel a séjourné le bois à l’embouteillage (ou au keg) pour corriger le résultat. Attention, trop d’alcool fort nuira à la tenue de votre collet!

Les épices

Vous pouvez ajouter des épices pour donner un goût « du temps des Fêtes » à votre bière, mais allez-y avec parcimonie; vous ne voudriez pas que votre bière soit aussi difficile à digérer que le mauvais gâteau aux fruits qu’on vous servira immanquablement durant les Fêtes! Quelques grammes suffisent la plupart du temps à donner une touche de saveur sans que la bière soit complètement dominée.

Un peu de piment peut amener beaucoup de chaleur, tout comme la muscade, la cannelle, le clou de girofle… 

Mauvaise nouvelle : vous êtes en retard!

Les grosses bières demandent plus de temps pour atteindre leur maturité, vous auriez dû brasser votre vin d’orge au début de l’été, y ajouter vos copeaux quelque part à l’automne pour avoir la bière parfaite à Noël. Il est toujours possible de sortir un vin d’orge très satisfaisant en quelques semaines, mais la patience vous récompensera si vous osez quelques mois.

La bière de ce numéro

Le porter épicé que je vous propose est une bière moyennement forte qui vous gâtera le palais avec ses notes boisées, chocolatées, fumées et une longueur chaleureuse en bouche sans jamais être plus piquante qu’il le faut. Surtout, il est prêt rapidement et vous pourrez en profiter pour affronter le pire de l’hiver.

Recette

Porter Robuste Chipotle

Volume final : 18 litres, efficacité à 72 %

Densité initiale : 1.072 – Densité finale : 1.024

Alcool : 6,3 %

IBU : 31

3,2 kg Maris Otter (52,2 %)

2 kg malt ambré (32,4 %)

450 gr malt caramel 60L (7,3 %)

220 gr malt chocolat (3,6 %)

80 gr Carafa 1 (1,3 %)

28 gr Admiral (9,5 %AA) 60 minutes

3 piments chipotle secs entiers (ajoutés après fermentation primaire, pour deux semaines)

2 piments chili (facultatif, si mis en keg)

Empâtage à 66,7°C pour 75 minutes. 60 minutes d’ébullition.

2 x Levure London ESB

Fermentation à 20°C. Enfûtage après un mois avec deux piments chili entier. Conditionné une semaine à 13 PSI (pour 2,3 vol). En bouteille, un mois avec 94 gr de dextrose.