Le 8 septembre dernier, la brasserie artisanale montréalaise Dieu du Ciel! célébrait son 20e anniversaire en grand en invitant les amateurs de bières à faire la fête à son brouepub de l’avenue Laurier Ouest de même qu’au sous-sol de l’Église Saint-Enfant-Jésus du Mile-End où un petit festival avait lieu pour l’occasion. En 20 ans, la brasserie en a créé des recettes; l’une des plus mémorables, l’indémodable Péché Mortel!

En 2001, lorsque Jean-François Gravel et Stéphane Ostiguy proposent leur interprétation d’un Imperial Stout au café, ils sont probablement loin de se douter que la bière deviendra leur produit phare et encore moins qu’elle figurera un certain temps au deuxième rang de la liste des meilleures bières au monde du populaire site ratebeer.com, juste en dessous d’une certaine Westvleteren 12…

Après 17 ans, la Péché Mortel se classe toujours parmi l’élite mondiale, tout comme certaines de ses déclinaisons, notamment la version vieillie en fût de bourbon qui a longtemps trôné dans le top 50 mondial. Car oui, au fil des ans, la bière s’est vue déclinée de multiples façons au plus grand plaisir de ses amateurs qui célèbrent chaque année la Journée Péché.

La genèse du vice

«Je ne me rappelle pas exactement la réaction des gens au tout début, mais lorsqu’elle est montée si haut sur Ratebeer, il y a eu un certain buzz qui, je crois, nous a mis sur la map», indique Stéphane Ostiguy, cofondateur de la brasserie, au sujet de sa Péché Mortel.

«Le souvenir que je garde de la création de cette bière, c’est qu’on souhaitait avoir un Imperial Stout et Jeff [Gravel] voulait le faire au café afin de nous démarquer des autres. Je me souviens d’une journée où il avait bu plusieurs espressos, sept ou huit, afin de déguster les différents cafés; il était tellement crinqué!», se remémore-t-il. L’union des deux «péchés», le café et l’alcool, inspirera son nom.

À l’époque, AleSmith Brewing Company de San Diego en Californie brasse aussi un Imperial Stout au café, la Speedway Stout, et les deux bières connaîtront une évolution de popularité similaire. Éventuellement, Dieu du Ciel! fait une déclinaison vieillie en fût de bourbon de sa Péché. Le succès est encore au rendez-vous et cette version bourbon éclipse l’originale sur le palmarès de Ratebeer.

L’origine du Péché Day

«On a eu l’idée de faire la Journée Péché, une journée où le brouepub ne proposerait que des déclinaisons spéciales de la Péché Mortel. Ça semblait un peu intense pour certains au début, mais la réception a finalement été très bonne. Par la suite, on a invité les gens de l’industrie à faire de même et plusieurs ont embarqué avec enthousiasme», se rappelle Stéphane. À compter de 2017, une caisse Péché fait également son apparition en quantité limitée dans les commerces spécialisés, proposant différentes versions du classique. En 2018, l’événement s’est déroulé le 24 mars dans 50 bars en simultané, dont sept au Québec, 12 au Canada, 18 aux États-Unis et 13 à l’international. En tout, sept variétés de Péché Mortel ont été proposées lors de la journée.

«Je suis toujours curieux de goûter les nouvelles déclinaisons avec différents cafés, mais ma préférée demeure la version classique», tranche finalement Stéphane. À la robe complètement noire, elle se présente sous une belle mousse moka persistante d’où le café fraichement infusé pendant le brassage s’exprime intensément. En bouche, l’alcool, le sucre résiduel, les saveurs de café et de grains torréfiés offrent une expérience fort plaisante parsemée de belles pointes chocolatées. La finale est longue, amère et étonnamment rafraîchissante pour le style.

Les festivités du 20e

C’est coutume à la brasserie de souligner les anniversaires en grand. Comme pour son Imperial Stout au café, cette fête traditionnelle a évolué sous différentes formes à travers les années. «Après un an, ça s’était passé si vite, qu’on s’est simplement réunis avec des chums pour fêter notre première année. Chaque année par la suite, le party prenait de l’ampleur», raconte Stéphane.

«Pour la cinquième année, on a voulu faire quelque chose de spécial et on avait plusieurs bières vieillies que l’on gardait initialement pour nous autres et qu’on a commencé à sortir dans les partys», poursuit-il. Puis, avec l’ouverture de la brasserie de Saint-Jérôme, l’équipe commence à concocter des menus spéciaux proposant des bières différentes de ce qui est offert durant l’année.

«Pour le 20e, on souhaitait faire différent et comme chaque année, ça devient de plus en plus difficile pour la clientèle d’accéder au brouepub le jour de l’anniversaire, on a voulu trouver une autre place pour faire le party». Le sous-sol de l’église a déjà accueilli la Cuvée d’hiver, il peut contenir plus de 700 personnes, et il se prête parfaitement à l’occasion.

Afin d’aussi célébrer les amitiés tissées durant ces vingt ans, Dieu du Ciel! invite des brasseries à leur faire parvenir des bières pour l’occasion; un total de plus de 70 bières invitées auxquelles s’ajoutent évidemment plusieurs offrandes maison. DJ, amuse-gueules, section extérieure; la fête prend rapidement la tournure d’un petit festival. La RACJ s’est d’ailleurs avérée une bonne complice pour en permettre la réalisation aussi rapidement.

«Ç’a été plein toute la journée et on a même dû aller chercher de la bière à la brasserie en fin de soirée pour être sûr de ne pas en manquer!», se réjouit Stéphane qui ne cache pas que même si les préparatifs ont demandé plus d’efforts qu’anticipé, plusieurs seraient prêts à répéter l’expérience.