On a déjà parlé de cidre houblonné, mais ce n’est pas le seul aromate utilisé dans le cidre : épices, herbes, racines et fruits peuvent aussi être mis à contribution. L’ajout de petits fruits, dans le cidre comme dans la bière, est de plus en plus populaire. Par exemple, on connaît depuis plusieurs années au Québec les cidres aromatisés et colorés grâce au jus de baies, principalement la framboise et la canneberge. Mais ce n’est pas qu’un simple édulcorant afin d’améliorer un produit banal. Il s’agit de magnifiques boissons à part entière. Pensons seulement à la Solstice d’été de Dieu du Ciel!

Au Québec, on peut ajouter au cidre aromatisé des fruits ou leur jus, du miel ou du sirop d’érable. Quant au cocktail au cidre, du sucre et des aromates peuvent être utilisés. Il est assimilé au cidre léger pour sa commercialisation.

Les raisons sont multiples pour décider d’aromatiser un cidre. « On a fait Rosie pour les gens qui aiment les cidres doux », explique Justine Therrien de la Compagnie de Cidre Alma. Pour d’autres, c’est pour faire plaisir à quelqu’un de bien précis : « En fait le McKeown Bone Dry Gingembre est une idée et une demande de ma femme et partenaire d’affaires Andrée St-Denis », raconte Robert McKeown. « Elle aime beaucoup le gingembre et en plus c’est excellent pour la digestion. Je lui ai dit : “Pas de problème, mais il va être sec”, car je voulais que ça soit différent et que ça se marie aussi bien avec la nourriture qu’en cocktail », ajoute le maître cidriculteur de la cidrerie McKeown.

La démocratisation du cidre

La Cidrerie Milton vient tout juste de revamper sa gamme Milton Star, lançant, entre autres, le Milton Star Pamplemousse qui est, selon l’équipe, le cidre parfait pour les moments de folie au soleil, sur le bord de la piscine ou en apéro! « Celui-ci, plus rond que les précédents, demeure tout de même à moitié moins sucré que les cooler et autres prêts à boire », d’après Marc-Antoine Lasnier, directeur général de la cidrerie. « On veut ainsi démocratiser le cidre. »

En effet, la décision de créer ce produit provient du regard éclairé de la cidrerie sur les tendances des cidres aromatisés et autres cooler. Mais pourquoi le pamplemousse? « L’idée est venue d’un test consommateur », indique Stéphanie Arès, directrice marketing de la Cidrerie Milton. Ils ont réuni une trentaine de personnes répondant au profil de leur clientèle type. « Nous leur avons fait déguster à l’aveugle huit choix », continue Stéphanie. Le pamplemousse s’est ainsi retrouvé en haut de la liste.

Les cidres de spécialité

On utilise donc aujourd’hui d’autres aromates plus exotiques, comme le gingembre ou le pamplemousse, afin de donner de nouveaux arômes aux produits d’ici. D’ailleurs, l’association américaine des cidriculteurs, l’United States Association of Cider Makers, considère les cidres fruités et les cidres épicés comme des styles de spécialités en tant que tels, tout comme les cidres houblonnés.

Les premiers cidres de ce type sont apparus chez nos voisins du Sud il y a une quinzaine d’années, suite au travail de Mike Beck de la cidrerie Uncle John’s et de l’université Michigan State. Si leur première offrande était un cidre aux cerises, il existe désormais aussi des cidres américains à l’ananas. Quant au gingembre, il est utilisé par le vignoble et cidrerie Eaglemount depuis 2006.

On ne parle donc pas d’une simple mode, ces types fruités ou encore épicés font aujourd’hui partie du paysage cidricole nord-américain. Pas surprenant alors que de plus en plus de ces cidres se retrouvent maintenant sur les tablettes de supermarchés et dépanneurs québécois.

Si le cidre de glace a sauvé l’industrie du cidre au début des années 2000, ce sera peut-être ces nouveaux cidres de spécialité qui feront en sorte que le cidre se retrouvera sur toutes les tables québécoises dans les années à venir…