… sache que la bière ne l’aime pas du tout (désolé de cette suite un peu moins joyeuse à cette comptine d’enfance!)  L’été est arrivé, avec ses occasions de déguster votre bière préférée en faisant le plein de vitamine D sur une terrasse.  Si on fait abstraction des mises en garde habituelles (crème solaire, chapeau, limiter le temps d’exposition), j’aimerais vous sensibiliser sur quelques aspects de la consommation de bière au beau soleil.

La lumière

Si les rayons ultra-violets ont le mérite de vous donner une belle peau bronzée (et peut-être éventuellement un cancer de peau, mais c’est une autre histoire…), ils ont le désagréable effet de provoquer des odeurs déplaisantes dans votre bière. Les isohumulones, ces acides alpha produits lors de la cuisson du houblon et responsables de l’amertume de la bière, se transforment lorsqu’ils sont exposés à la lumière ultra-violette et libèrent entre autres des composés aromatiques très semblables à ce qu’on retrouve chez la mouffette (skunk en anglais), d’où l’expression « ma bière est skunkée ». Une marque de bière internationale vendue entre autres en bouteilles vertes est tellement connue pour cet arôme particulier que le processus de production implique un passage devant des rayons UV pour être certain que ce goût se retrouve dans toutes ses bières, même si elles ne sont jamais exposées à la lumière par la suite!

Et comme si ce n’était pas suffisant, cette réaction affecte de façon encore plus évidente les bières que la majorité des gens aiment consommer lorsqu’il fait beau et chaud : les bières pâles et légères. Plus la bière est pâle, plus la lumière pénètre rapidement et y cause ses effets désagréables. Aussi, plus la bière est douce et délicate, plus le défaut paraît rapidement, n’ayant aucune saveur prononcée derrière laquelle se cacher. Mais rares sont ceux qui se délecteront d’un verre de Stout impérial lorsqu’il fait 35 degrés sous un soleil de plomb!

Cependant, rassurez-vous : tout espoir n’est pas perdu! Voici quelques petits trucs pour minimiser l’effet désagréable de la lumière sur votre bière :

  • Commandez en petites quantités; la bière restera moins longtemps au soleil si vous prenez une nouvelle demi-pinte aux 30 minutes que si vous passez deux heures à boire votre pichet!
  • Si la bière est en cannette ou dans une bouteille foncée, versez-là par petites gorgées au fur et à mesure dans votre verre (ou dans votre bouche); la cannette ne laisse pas passer les rayons et la bouteille brune en bloque une très grande majorité.
  • Dans la mesure où vous avez un menu ou un autre objet sur la table qui peut faire écran et protéger votre précieux liquide des vilains rayons UVs, n’hésitez pas à l’utiliser.

Et si, malgré vos efforts, vous ne parvenez pas à éviter ce goût désagréable présent dans votre verre, sachez au moins qu’il n’y a aucun danger pour votre santé physique si vous décidez tout de même de boire la bière.

La chaleur

Plus il fait chaud, plus les réactions chimiques et physiques s’accélèrent, donc le processus décrit plus haut sera accéléré avec le mercure qui monte. De plus, sans entrer dans un cours avancé de biologie, sachez que l’augmentation de la chaleur va de pair avec la déshydratation et, bien que la bière soit généralement composée d’environ 95 % d’eau, j’ai le regret de vous annoncer qu’elle ne vous aidera pas à vous hydrater, au contraire. Si on ajoute la perte de bon jugement et de sensibilité qui vient parfois avec la consommation un peu trop élevée d’alcool, on peut facilement passer à côté des signaux d’alarme physiques qui nous demanderaient de se retirer du soleil (et probablement de retirer notre verre…)

Donc, continuez de profiter du plaisir des terrasses, mais faites-le par périodes courtes, afin de minimiser les effets désagréables qui peuvent venir avec. Votre plaisir n’en sera que plus grand.  Ne dit-on pas que la qualité est plus importante que la quantité?

Santé, et bonne bière!