Ah les blondes douces! Pour le fervent amateur de bières artisanales, cette capsule peut, à première vue, sembler sans intérêt, mais c’est tout le contraire lorsque l’on prend le temps de la redécouvrir comme il se doit. On y retrouve notamment des Ales plus légères, des Saisons, des Lagers d’inspiration allemande, nord-américaine, voire tchèque, des Kölsch et peut-être même quelques plus modestes Pale Ale à l’anglaise ou à l’américaine.

En raison de sa liste d’ingrédients plutôt simpliste, on peut se concentrer sur des arômes plus délicats tels pains, céréales fraîches, paille, foin et notes mielleuses. La base céréalière de ces bières laisse également plus de place pour des arômes subtils tels ceux des houblons herbacés.

Les blondes douces sont également des joueuses étoiles de terrasse; rafraîchissantes et passe-partout, elles peuvent accompagner plusieurs mets. Avec les plats plus costauds, elles permettront de couper dans le gras et de rendre le tout plus léger. De même, avec les mets piquants, elles serviront à contrebalancer la puissance des épices sans pour autant compromettre leur apport aromatique. Les mets plus délicats, notamment ceux de poissons, ne seront quant à eux pas envahis par les bières de cette capsule. Elles peuvent également apporter d’agréables notes de céréales fraîches, un peu comme le ferait une baguette de pain.

Notre menu

Le tout débute avec plateau de bouchées d’inspirations grecques comprenant un caviar d’aubergine, du houmous aux olives, un taramasalata, des feuilles de vigne farcies, des olives Kalamata, des chaussons aux épinards et du fromage feta agrémenté d’origan. Par la suite nous poursuivons avec une assiette de schnitzel accompagné d’une saucisse polonaise à l’ail, purée de pommes de terre et choucroute. Les fromages servent d’intermède avant l’arrivée d’un délicieux pouding renversé à la fraise.

König Brauerei – König Pilsener

Présentation

Cette Pilsner allemande titrant 4,9 % d’alcool évoque plutôt bien l’interprétation allemande de la Pils à travers des notes de pain grillé, de céréales mielleuses et d’une finale bien sèche et herbacée malgré son amertume modérée.

Accords

Avec l’entrée, la König s’est avérée fort rafraîchissante et nous avons eu droit à quelques explosions de céréales et de saveurs diverses amplifiées, mais aucune combinaison «coup de cœur». Le meilleur accord a été celui avec le chausson aux épinards où les saveurs des deux parties étaient pleinement amplifiées. Si le schnitzel n’a su impressionner, la saucisse a été fort agréable avec un bel étalage d’épices, des notes piquantes de poivre et une belle amertume, le tout demeurant étonnamment léger. La choucroute a aussi contribué à une sensation de fraîcheur. Au dessert, l’accord est parfait, ou presque, alors que la bière fait la rencontre de fraises fraîches et de pâte à biscuit dans une douce caresse sucrée et réconfortante.

Appréciation

La König s’est avérée une très agréable partenaire de jeu lors de ce repas. En somme, elle peut accompagner le tout et ne dénaturera jamais les différents éléments qui lui sont présentés.

Lug Tread – Beau’s Natural Brewing

Présentation

D’inspiration Kölsch, cette Ale lagérisée à 5,2 % d’alcool offre des saveurs céréalières de malt Pilsner agrémentées de houblons herbeux qui confèrent également de subtiles pointes de miel et de fruits du verger.

Accords

Avec la Lug Tread, les éléments de l’entrée qui se démarquent sont le feta qui crée une douce acidité aux notes citronnées rehaussées par une touche salée et l’origan en finale. La texture est magique! L’accord avec le taramasalata est aussi réussi, apportant de surprenantes notes de framboises, ainsi qu’une belle fraîcheur. Avec le schnitzel, un côté mielleux et une texture bien moelleuse s’imposent alors que la saucisse met en évidence quelques épices et des pointes piquantes soutenues par une belle amertume. La choucroute fait, quant à elle, ressortir le côté malté de la bière, mais sans créer de magie. Tant les fromages que le pouding n’apportent rien d’impressionnant.

Appréciation

La Lug Tread a fait bonne figure surtout avec le plateau grec servies en entrée. La douceur des céréales s’est retrouvée bien appuyée par des touches d’acidité où la fraîcheur et l’agréable texture étaient toujours au rendez-vous.

Micro du Lac-Saint-Jean – Vire-Capot

Présentation

Ale blonde classique, à 5,5 % d’alcool, elle propose des notes de céréales fraîches, quelques pointes d’agrumes et de houblons herbacées qui demeurent tout de même discrètes.

Accords

Décidément, bien que variée, cette entrée n’était vraiment pas faite pour la Vire-Capot… Seul l’accord avec l’olive Kalamata a su nous surprendre en coupant l’acidité et en permettant aux saveurs de l’olive de s’agencer à la base céréalière de la bière. Avec le schnitzel, ça démarre bien, des notes bien citronnées sont présentes tout comme une agréable amertume qui allège le tout. Mais ce sera malheureusement tout pour ce plat. Un peu plus de chance avec les fromages; le Cantonnier accentuant le pétillant, le fruité et l’amertume de la bière, le Saint-Honoré créant une grosse crème fraîche bien onctueuse.

Appréciation

La Vire-Capot ne s’est pas montrée facile à amadouer. C’est toutefois avec les mets les plus riches qu’elle a su se démarquer, notamment schnitzel et fromages, où d’agréables combinaisons ont été créées, mais surtout où sa légère amertume a su alléger chaque bouchée.