Les détails des paramètres nécessaires pour permettre à un détenteur d’un permis de production artisanale de fabriquer des alcools et des spiritueux sont désormais connus. Un producteur qui cultive du grain ne peut se voir délivrer un tel permis. Seul celui qui cultive des raisins, des pommes, des petits fruits, de la rhubarbe, du miel, de la sève ou du sirop d’érable est admissible.

Alors, pour tous ceux qui ont un permis industriel, le seul qui existait jusqu’à tout récemment, ou encore les distillateurs voulant faire du whisky ou de la vodka, il n’existe que deux solutions : vendre à la Société des alcools du Québec (SAQ) ou à l’extérieur du Québec.

Pour qu’un spiritueux élaboré au Québec se retrouve dans l’une ou l’autre des succursales de la SAQ, le processus va comme suit :

  1. Évidemment, il faut détenir un permis de distillateur en règle émis par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) du Québec.
  2. Communiquer avec la SAQ pour annoncer la proposition de produit.
  3. Déposer l’offre de produit dans la plate-forme web conçu à cet effet et confirmer l’offre en complétant le dossier.
  4. Cette offre est alors analysée par un responsable de la SAQ, afin de déterminer si le produit est retenu ou non.
  5. S’il l’est, il entre alors dans ce qu’on appelle le processus d’acceptation et doit réussir l’analyse chimique, l’analyse organoleptique et l’analyse de l’étiquette. Ainsi, on s’assure que celui-ci répond aux normes canadiennes et québécoises en lien avec les spiritueux.

Ce processus, bien que simple dans les grandes lignes, peut parfois être plus complexe dans les détails. «En tout temps, la SAQ offre des consultations gratuites pour aider les producteurs à développer ou améliorer leurs produits», tient toutefois à souligner Geneviève Ferron, du service des communications de la Société d’État.

Commandes privées

Il est par contre aussi possible de se procurer certains de ces produits via le système de commandes privées de la SAQ. C’est en fait le seul moyen d’acquérir des boissons alcooliques qui ne sont pas commercialisées dans le réseau de celle-ci. Et, puisque certains spiritueux issus de microdistilleries québécoises sont malheureusement indisponibles en succursales et exclues de la vente sur place, c’est de cette manière qu’il faut procéder pour se procurer ces produits. Pensons, par exemple au Chien Blanc des Subversifs ou le Gin Holy Smoke! de Peter McAuslan.

Pour acheter de tels produits, il faut tout d’abord trouver les informations requises par la SAQ afin de compléter la demande de commande privée. Ceci inclut :

  • Votre nom d’utilisateur et mot de passe;
  • Le nom et les coordonnées du producteur (adresse administrative et d’enlèvement);
  • Le nom commercial du produit, son pays d’origine, sa couleur, son millésime (si applicable);
  • Le format;
  • Le pourcentage d’alcool;
  • Le nombre de bouteilles par caisse;
  • Le prix fournisseur et sa devise.

Il est important de noter qu’un achat minimal de 150 $ par produit, basé sur le prix du fournisseur et non sur celui facturé par la SAQ, est requis. Vous devrez aussi verser un dépôt équivalent à 80 % de la valeur de la commande au prix de vente du fournisseur. Les délais, même pour un alcool québécois, peuvent varier de sept à neuf semaines.

La SAQ coordonnera les opérations d’approvisionnement et vous informera de l’arrivée de votre commande. Vous pourrez alors aller payer et récupérer votre commande. Plus de détails se retrouvent sur le site web de la SAQ, dans la section réservée aux affaires avec les particuliers (goo.gl/HdXCW6).

Passez donc par le producteur

Si le processus peut sembler compliqué, dans les faits c’est un peu plus facile.

Il suffit bien souvent de simplement communiquer avec le distillateur pour lui indiquer votre intérêt pour son spiritueux. Celui-ci pourra passer la commande pour vous, une fois que vous lui aurez fourni vos coordonnées et déterminez quelle sera la succursale de la SAQ à laquelle vous voulez recevoir vos produits. C’est le cas pour McAuslan Malting & Distilling, entre autres.

Une fois la commande prête, la SAQ communiquera avec vous pour aller payer et ramasser celle-ci. Notez par contre qu’il faut acheter au minimum une caisse, de trois à six bouteilles habituellement. Par la suite, vous disposerez d’environ une semaine pour récupérer le tout.

Certains producteurs offrent même la possibilité de commander via leur site web. C’est le cas des Distillateurs Subversifs. C’est de loin la façon la plus aisée de vous procurer votre commande privée.