Une année 2018 riche en actualité

Notre dossier « Coup d’œil sur 2018 » est encore bien garni cette année. On remarquera la tendance, pour plusieurs brasseries, de se diriger vers l’acquisition ou la création d’un bar afin d’écouler les stocks de bières produits à l’usine. C’est le signe d’une tendance vers la vente des produits dans un circuit fermé, contrôlé par la brasserie. Un dossier à suivre.

La canette fait également encore bonne impression avec l’arrivée de plusieurs nouveaux joueurs qui se dirigent, fort probablement, vers le même succès commercial que leurs confrères. Il ne sera donc pas étonnant de voir le consommateur averti s’étourdir devant tant de nouveautés, de bières tendance, de houblons frais et de tablettes bien garnies. Ce n’est pas près de changer.

Plusieurs nouvelles brasseries verront également le jour, sur le sol québécois. Selon les données recueillies ces dernières années, de très nombreux projets brassicoles sont attendus partout au Québec. Plusieurs parlent de saturation de marché à venir, mais avec plus de 70 % des brasseries qui produisent moins de 12 500 caisses métriques (l’équivalent d’une caisse de 24 bouteilles de 341 ml), c’est comme si à chaque ouverture d’une boulangerie artisanale, on criait haut et fort que le marché est saturé. Il n’est pas saturé si vous consommez une bière, assis à un comptoir. Il commence à l’être si vous choisissez une bière chez votre détaillant favori. Un dossier également à suivre dans les prochains mois.

Parlant de détaillants, soulignons l’initiative de Couche-Tard d’offrir un frigo classé « Microbrasserie » pour l’ensemble de sa clientèle. Ce genre d’initiatives n’est pas facile dans un contexte principalement et historiquement dominé par les grands brasseurs. Est-ce que le consommateur sera prêt à acheter sa bière au « dépanneur non spécialisé »? Bières et plaisirs va suivre le dossier avec beaucoup d’intérêt.

Il est intéressant également de voir de plus en plus de projets se créer, sous la gouverne de plusieurs marques de commerce qui préfèrent se rassembler derrière la même usine de production que d’investir seules. Derrière une stratégie de développement louable, il est important de préciser que le consommateur espère boire des bières de brasseries artisanales et non de détenteurs de marques de commerce. La problématique n’est pas encore soulevée au Québec, mais si on se fie à ce qui se passe actuellement en Belgique, il serait bon de soulever la question. L’avenir nous le dira.

Les brasseries pourront-elles utiliser la marijuana comme matière première dans la bière? Personne n’est en mesure d’expliquer clairement ce qui se passera à compter du 1er juillet 2018. À moins de cinq mois de la mise en œuvre de la loi fédérale, c’est inquiétant. Je mentionne cependant qu’il n’est pas dans la priorité des brasseries du Québec d’offrir de la bière au pot.

Nous vous avons écoutés 

Vous remarquerez quelques changements mineurs à partir de cette édition. Tout d’abord, une maquette du journal plus épurée et plus facile à lire. Ensuite, quelques rubriques supplémentaires. Notre objectif reste le même : développer la culture bière au Québec. Au dernier sondage, vous avez demandé plus d’actualité, plus de dégustations et plus d’accord bières et mets. Nous vous avons écoutés.

Nous avons le privilège d’inviter, à chaque édition, un lecteur qui désire partager ses coups de cœur. Pour la première édition, je vous présente Luc Pitt, un lecteur fidèle de notre journal et passionné de bières.

Quant à mes suggestions, elles ne sont dorénavant plus classées par nouveautés ou classiques, mais par coups de cœur et découvertes. Les nouveautés sont tout de même identifiées.

Comme à chaque édition de février, l’équipe de Bières et plaisirs présente également ses coups de cœur 2017. Il n’a pas été facile de choisir parmi plus de 600 nouveautés disponibles uniquement sur les tablettes de vos détaillants.

Jean-Francois Pilon, pour sa part, continue de nous parler d’alcools, et nous sommes d’ailleurs l’une des rares publications au Québec qui en parle de manière indépendante. On en est fier.

Les accords bières et mets reviennent en force, avec la chronique de Vlad Antonoff sur le cacao ainsi qu’un texte sur la cuisine indienne et le dossier « bières et croustilles ». Un joyeux mélange de chroniques sérieuses qui ne se prennent pas au sérieux.

Bières et plaisirs aime vous présenter les artisans derrière chaque produit. Nous sommes allés rencontrer la brasserie La Souche et discuter avec Luc « Bim » Lafontaine de Godspeed à Toronto. Matthieu, notre nouveau chroniqueur « brassage maison », vous invite à le suivre dans les plaisirs du brassage à domicile. La route est longue et nous vous savons nombreux à aimer cette chronique.

Pour terminer, la culture bière vous sera toujours présentée sous la plume de Mathieu Perron, Laurent Mousson ou Martin Thibault. Et pour bien en profiter, nous vous offrons dorénavant un calendrier des activités et événements à surveiller dans les deux dernières pages du journal.

Bonne lecture!