25 ans de bières légendaires

C’est connu, lorsque Unibroue sort un nouveau produit en bouteille, elle ne fait pas les choses à moitié. Réputée depuis ses tout débuts pour son image soignée, son marketing créatif et sa fierté pour ses racines québécoises, la brasserie propose des bières tout aussi légendaires que les histoires qu’elles commémorent. Leur toute dernière, la 25e, est une bière anniversaire qui ne fait pas exception.

S’il est aujourd’hui coutume de brasser une bière spéciale pour souligner l’anniversaire de sa brasserie, au Québec, la tendance a certes été lancée par Unibroue, en 2001, pour souligner son 10anniversaire. Si plusieurs le font depuis, les bières anniversaires d’Unibroue continuent de se démarquer puisque chaque fois, la brasserie a su nous proposer des offrandes de haut calibre, distinctes et néanmoins fidèles à son courant brassicole.

Et si la brasserie ne l’avait pas fait depuis la 17, c’est qu’elle avait opté pour une façon différente de présenter ses produits d’envergure. « La gamme Éphémère est un peu la saisonnière d’été de la brasserie; on considère ainsi nos bières anniversaires comme des saisonnières d’hiver et c’est moins contraignant de ne plus rattacher ses produits à un chiffre ou une année », explique Jerry Vietz, le brasseur.

On peut ainsi considérer la gamme « Brassins d’exception » comme la suite logique des bières anniversaires initialement parues. La 17 Grande Réserve, la Résolution, la Lune de Miel, le retour de la Terrible et de la Quelque Chose s’inscrivent ainsi dans cette série de joueurs étoiles. La toute récente 25e renoue avec les chiffres; j’imagine que pour souligner un quart de siècle, on peut se permettre une exception.

Bières festives au fil des ans

En 2001, la brasserie a tout d’abord fait paraître la Unibroue 10, une Golden Ale à 10 % d’alcool afin de souligner ses 10 ans. Très appréciée, la bière est soigneusement présentée dans une bouteille brune sérigraphiée au format classique d’Unibroue de 750 ml. Il convenait évidemment de répéter l’expérience rapidement. L’année suivante, la Unibroue 11, une Golden Ale à 11 % fait ainsi son apparition. S’en suivent l’Édition 2004, une cuivrée épicée à 10,5 % d’alcool à la fin 2003 et l’Édition 2005, une noire légèrement fruitée à 10 % produite en plus petite quantité et sortie uniquement sur le marché américain. L’absence de cette dernière a d’ailleurs fait jaser au Québec à l’époque.

Avec diverses réorganisations dans la brasserie, des exportations en hausse et des produits en demande constante, il devient difficile pour Unibroue de poursuivre sa tradition pour ces brassins d’exception annuels. Mais la demande pour ses produits ne cesse de se faire sentir. En 2006, la brasserie propose ainsi la Unibroue 15, une Golden Ale à 10 % d’alcool, puis la Unibroue 16 en 2007, une ambrée à 10 % d’alcool.

Jerry Vietz et sa bière aux copeaux d’or

Pour le début 2008, suite au départ de Paul Arnott, la brasserie mise sur Jerry Vietz pour concocter une bière qu’elle souhaite spectaculaire afin de souligner son 17e anniversaire. « La direction voulait quelque chose qui s’apparente à un Barley Wine, évidemment, tout en restant dans la tradition des bières belges de Unibroue. Ça m’a inspiré le chêne français, mais comme nous n’avions pas le temps de faire vieillir le tout, j’ai dû opter pour des copeaux », raconte Jerry qui a fait son entrée dans la brasserie en 2003.

Sleeman, Unibroue et lui s’en souviendront d’ailleurs longtemps, les copeaux ont occasionné quelques coûteux dégâts qui auraient justement bien pu coûter au jeune brasseur son emploi. Heureusement, la 17 s’avère un succès sur toute la ligne et fut d’ailleurs primée à maintes reprises depuis. « C’était ma première recette officielle et j’avais beaucoup de pression, tant de la part de la brasserie que des amateurs qui espéraient quelque chose de différent », poursuit Jerry.

Par la suite, les brassins d’exception s’enchaînent tout comme quelques bières plus accessibles, notamment la 400e et plus récemment la À tout le monde.

25e anniversaire

Pour ses 25e, Unibroue voulait également quelque chose de spécial et festif. Jerry s’est inspiré d’un gâteau de fête pour concocter sa nouvelle recette.

« J’ai d’abord voulu faire une Dark Ale et en travaillant avec des fèves de cacao, j’ai eu l’idée de cerises acidulées pour donner une impression de gâteau forêt-noire », ajoute le brasseur.

Noire aux reflets rouges, la 25e propose ainsi un nez de malts torréfiés, des flaveurs de chocolat noir et de délicates notes fruitées. Des effluves de cerises et leur pointe d’acidité évoquent le gâteau forêt-noire et nous laissent sur une finale un tantinet acidulée.

Unibroue tenait à sortir sa bière sur le marché américain à temps pour Thanksgiving, mais en raison des ingrédients non standards utilisés dans son élaboration et les délais d’approbation chez nos voisins du Sud, elle a dû opter pour une bière différente de l’autre côté de la frontière. En guise de 25, les Américains ont donc reçu une Blonde de l’enfer aux épices à 10,5 % d’alcool qui se veut une interprétation liquide d’un gâteau aux fruits. La 25e anniversaire est ainsi exclusivement disponible ici; ça, c’est la cerise sur le sundae!