Atelier 300 250

Aux reflets rubis, aux douces saveurs maltées de caramel et de céréales grillées et à la finale sèche, cette bière facile d’approche s’apprécie avantageusement lorsque servie en fût au bar d’un pub. Voilà l’essence même de la rousse à l’irlandaise, un style mitigé, fort probablement inspiré de la Bitter anglaise, que l’on retrouve pourtant en abondance partout dans le monde.

L’Irlande est l’un de ces pays que l’on associe d’emblée à la bière. Le brassage de la bière y remonte tout de même au 5e siècle, notamment avec la création des monastères par nul autre que saint Patrick. Même auparavant, les Irlandais buvaient des breuvages alcoolisés à base d’orge concoctés par les druides celtiques. C’est dire à quel point leur relation est solide; on dit à la blague que les Irlandais absorbent aussi bien la bière que les terres irlandaises absorbent la pluie.

Les Irlandais ont toujours préféré consommer leurs bières en fût dans leurs pubs de quartier un peu à l’image des Anglais, misant sur des produits similaires à leurs Pale Ale, Mild Ale et Bitter. Les brasseurs irlandais visaient d’ailleurs davantage le marché anglais lorsque venait le temps d’embouteiller des produits.

On reconnait aujourd’hui deux styles de bière qualifiés d’irlandais sans pour autant pouvoir affirmer qu’ils aient réellement été créés en Irlande. Le Irish Stout et la Irish Red Ale ont néanmoins suffisamment laissé leur marque pour qu’ils soient aujourd’hui considérés par plusieurs comme des styles distincts à part entière. Mais lorsqu’il est question de leur origine, tout dépend des points de vue.

L’origine de l’Irish Red Ale

Essentiellement, l’Irish Red Ale est l’équivalent irlandais de la Bitter anglaise, en moins amère et moins houblonnée, avec une finale sèche principalement due à l’orge grillée utilisée dans sa conception. On croit que les malts caramel importés à l’époque étaient trop dispendieux, ce qui aurait poussé les brasseurs à opter pour de l’orge torréfiée afin de colorer leur bière tout en lui conférant cette finale grillée et sèche distinctive.

Si le nom Irish Red Ale est aujourd’hui répandu, précisons que le style a pris son appellation aux États-Unis vers la fin du 20e siècle notamment avec la Killian’s Irish Red de Coors. La montée des microbrasseries américaines a par la suite repris le nom et redéfini les caractéristiques de la bière pour concrétiser le style.

Dans les faits, l’appellation la plus proche existant en Irlande à l’époque était la Ruby Ale qui puise son origine de la Enniscorthy Ruby Ale de la brasserie Mill Park Brewery, plus connue sous le nom Lett’s Brewery, à Enniscorthy dans le County Wexford en Irlande.
Ouverte en 1864, la brasserie de la famille Lett produit de père en fils sa populaire Ruby Ale jusqu’à sa fermeture en 1956. Vers 1975, George Killian Lett, le petit-fils du fondateur de la brasserie, vend la marque à la Brasserie française Pelforth afin de permettre à sa

Ruby Ale de revivre.

Pelforth commercialise ainsi sa George Killian’s Bière Rousse; Bière Spéciale de Tradition Irlandaise qui titre 6,5 % sur le marché français. En 1981, avant que Pelforth passe aux mains de Heineken quelques années plus tard, Coors acquiert les droits de la marque pour le marché américain et propose à son tour sa George Killian’s Irish Red, une Red Ale à 4,9 %, qu’elle transforme éventuellement en Lager à 5,4 % rebaptisée George Killian’s Irish Red Premium Lager.

De nos jours, même les brasseries irlandaises ont adopté l’appellation, notamment la fort populaire Smithwick’s qui a échangé son traditionnel qualificatif d’Irish Ale pour Irish Red Ale. Ce n’est pas peu dire. Pour plusieurs, la Smithwick’s incarne l’authentique Irish Red Ale, mais en 1710, à ses débuts, elle était une Pale Ale brassée à la St. Francis Abbaye Brewery à Kilkenny en Irlande dans ce qui était la plus vieille brasserie du pays jusqu’à sa fermeture en 2013. Autre favorite, la Kilkenny Irish Beer est intimement liée à Smithwick’s puisqu’elle était initialement, en 1985, une version export de celle-ci.

Le profil de l’Irish Red Ale

De couleur ambrée à roux cuivré, l’Irish Red Ale est claire et coiffée d’une faible mousse blanche à couleur de crème. Au nez, des arômes de malt évoquent de douces flaveurs de caramel et de céréales grillées truffées à l’occasion de quelques notes de beurre. Les houblons sont très discrets, voire effacés. En finale, on dénote une fine amertume qui est amplifiée par l’utilisation de céréales grillées. Ces dernières lui procurent des notes rôties ainsi que sa finale assez sèche.

En bouche, elle est plutôt mince et devrait être peu effervescente, bien que les versions embouteillées le sont habituellement davantage. Elle est généralement douce et veloutée, de même que peu alcoolisée. Si les versions bouteilles tournent autour de 5 % d’alcool, les recherches indiquent qu’elle devrait plutôt se situer entre 3,8 % et 5 % d’alcool.

Notre dégustation à l’aveugle

L’Irish Red Ale de Coaticook est douce, légère et très facile à boire. Elle se distingue par ses notes de biscotte grillée et son subtil houblon herbeux. La 1815 de Frampton est également douce et légère misant davantage sur les notes de caramel et quelques pointes fruitées. Bien que différentes, les deux cadrent bien dans l’esprit « irlandais » du style.
À l’opposé, la Windigo de La Pécheresse propose une version un peu plus goûteuse avec notamment des pointes sucrées caramélisées qui sont appuyées par une finale légèrement amère et herbacée. Un peu plus forte, elle demeure facile à boire et ressemble davantage aux versions export.

La Chronique du Trèfle Noir est également douce et fort agréable à boire. Elle flirte pour sa part avec une Brown Ale notamment par ses notes grillées, sa finale à la fois terreuse et sèche, ainsi que son malt caramel plutôt discret.

La Rousse irlandaise de la Brasserie Mille Îles est toutefois celle qui a séduit notre panel à l’unanimité; un malt caramel bien dosé, de légères notes sucrées et herbacées ainsi qu’une texture onctueuse nous portent jusqu’à sa finale amère et grillée aux pointes de sucre d’orge. Toute en douceur, voilà une belle réussite!

Atelier 300 250