Atelier 300 250

Si vous lisez cette publication, il y a fort à parier que vous aimez déguster de succulents nectars brassés avec amour, et que le plaisir est au rendez-vous la grande majorité du temps. Toutefois, il arrive (rarement, je l’espère) que votre expérience soit loin d’être parfaite.

Voici donc ce que l’on vous suggère de faire pour y remédier, selon une synthèse de mes expériences personnelles et de celles de plusieurs autres serveurs.

La bière est « mal » servie

Malgré les nombreux efforts que mettent les gestionnaires de bars à bière pour éduquer leur personnel de service, il peut arriver des petits accrocs. Parmi ceux-ci, je peux citer en exemple :

  • Un verre mal nettoyé;
  • Un verre qui a un éclat de vitre manquant sur le rebord (lequel pourrait être dans le fond de votre bière, quasi invisible);
  • Une bière qui semble goûter le nettoyant.

Lorsque ça arrive, on peut poliment mentionner la situation au personnel de service qui devrait servir une seconde bière en corrigeant le tir.

Mauvais lot de bouteilles, mauvais fût ou mauvaise ligne

Même dans le meilleur des mondes et avec des politiques de contrôle de qualité rigoureuses, il peut arriver que certains produits ne soient pas au meilleur de leur forme.  Voici quelques-unes de ces situations :

  • Une bouteille qui se prend pour un volcan en éruption avec sa mousse;
  • À l’inverse, une bouteille qui ne fait même pas le début du semblant de l’apparence d’un « pchhht » lorsqu’on la décapsule;
  • Surtout si vous connaissez bien la bière que l’on vous sert, une fausse note dans son profil de saveurs (beurre ranci, vernis à ongles, vieux carton mouillé, légumes en conserve, et j’en passe).

Ces situations vont mettre davantage en valeur les employés bien éduqués dans le service de la bière, qui pourront confirmer si la situation est « normale » ou non. Certaines caractéristiques parfois vues comme indésirables sont connues et font partie de la signature d’une bière, comme des produits en bouteilles vertes ou transparentes, qui ont une odeur de mouffette prononcée, certaines bières sures qui n’ont presque aucune effervescence, ou le goût de carton ou de vieux livres qui s’installe inévitablement dans une bière qu’on fait vieillir. Mais si la situation que vous rapportez est anormale, on devrait vous remplacer votre verre par autre chose, et faire en sorte que la situation soit corrigée à la source.

Le goût ne vous plaît pas

Indépendamment de la qualité du produit ou du service, il arrive que l’on commande une bière dont on n’aime tout simplement pas le goût. La plupart des établissements vont vous en offrir une autre, mais quelques facteurs sont à considérer si jamais ça arrive :

  • Est-ce qu’on vous avait décrit le profil de saveur (verbalement ou par écrit sur le menu) avant de la servir? Si vous commandez une bière amère mais que finalement vous n’aimez pas l’amertume, l’établissement pourrait considérer que cela fait partie de l’expérience des essais et erreurs en tant que client;
  • En avez-vous bu d’autres avant et vous les avez aimées? Votre crédibilité est souvent augmentée lorsque ce n’est pas votre première consommation;
  • D’une façon un peu reliée, est-ce que vous avez déjà retourné plusieurs bières parce que vous ne les aimiez pas? Il se pourrait qu’on vous accommode de moins en moins à chaque bière que vous critiquez négativement.

Donc, dans les situations où la bière goûte ce qu’elle est sensée goûter, mais que ce n’est que votre palais qui ne s’accorde pas avec, il faut faire preuve de plus de discernement et accepter que ce ne sont pas tous les établissements qui vont vous remplacer la bière à tous les coups.

Comment aborder la situation

Comme dans n’importe quelle situation où on veut apporter une critique, il y a des façons de maximiser ses chances que cette dernière soit reçue favorablement.  Voici quelques conseils utiles à cet effet dans le milieu de la restauration :

  • Évitez d’accuser le personnel de négligence : ça pourrait le rendre beaucoup moins réceptifs à vos commentaires…;
  • Expliquez ce qui ne va pas avec la bière : des mots plus précis que « ça goûte pas bon » sont bien appréciés et rendent votre interlocuteur plus réceptif;
  • Tentez au besoin de démontrer votre point si la situation n’est pas visuellement apparente.  Par exemple, suggérez au personnel d’y goûter si la situation s’y prête;
  • Mentionnez la situation dès que possible afin qu’on puisse la corriger! Si vous terminez votre bière et que vous demandez un remboursement ou un échange, vous avez perdu beaucoup de votre crédibilité! (Ce principe est aussi valide pour la nourriture, mais c’est un autre sujet…).

Malgré le fait que ce ne sont jamais des situations souhaitables, si vous les abordez de façon constructive, vous aiderez l’établissement à devenir meilleur et vous apporterez votre petite contribution à l’amélioration du merveilleux monde de la bière! Santé!

Atelier 300 250