Caporal cubain s’étant expatrié avec sa fille dans le fin fond des bois en Abitibi afin de finalement trouver la paix, El Sicimo doit maintenant faire face à l’infâme Docteur Chronique, un vilain dont la malveillance était jusqu’alors insoupçonnée. Voilà la toute dernière offrande du Trèfle Noir de Rouyn-Noranda.

Si Alexandre Groulx et Frédérick Renaud se sont cassé la tête pour trouver un nom original à leur dernière création, ce ne sera pas un effort en vain, bien au contraire, le nom somme toute assez simpliste initialement choisi se transforme en une mémorable histoire de bière et plus encore.

« On a bâti une recette d’IPA avec quatre houblons et on lui cherchait un nom qu’on voulait différent des jeux de mots habituels. Il y a toujours une saine compétition entre Alex et moi pour trouver les noms de nos bières; pour celle-là, Alex a simplement choisi de miser sur les houblons », raconte Frédérick, le représentant des ventes de la brasserie.

El Sicimo, la légende

C’est ainsi que El Dorado, Simcoe, Citra et Mosaic se sont concaténés en El Sicimo qui s’est rapidement transformé en Caporal cubain en quête d’un endroit paisible pour y élever sa fille. Le concept autour de ce personnage a tellement progressé lors d’une soirée festive que Frédérick et Alexandre ont choisi d’en faire une bande dessinée qui verra le jour sous peu. Le scénario sera réalisé par Daniel Mercier, un employé de la brasserie, alors que Frédérick se chargera des dessins, lui qui a toujours dessiné.

« Nous allons imprimer la BD en feuillet et cela sera probablement envoyé dans les commerces avec leurs commandes de caisses de El Sicimo afin qu’elle puisse être distribuée au public intéressé », explique Frédérick. Bien qu’il soit fan de BD, l’idée d’en faire une associée à la bière ne lui était jamais venue auparavant. « Depuis le début de la brasserie, c’est la première bière qui se prête à cela. Si ça fonctionne bien, ça deviendra peut-être un nouveau concept pour d’autres bières à venir », poursuit-il.

El Sicimo, la bière

La El Sicimo est une IPA américaine, s’apparentant à une NEIPA, qui comme le veut la tendance a été brassée avec une quantité impressionnante de houblons. Rafraichissante, fruitée et juteuse à souhait, elle met en vedette les houblons El Dorado, Simcoe, Citra et Mosaic. Poire, pêche, petits fruits, agrumes et pin sont parmi les flaveurs que l’on peut y percevoir.

« On avait besoin d’une nouvelle IPA et j’avais envie de quelque chose d’assez juteux; j’ai donc exploré les houblons qu’on avait d’accessibles pour créer une combinaison qui me plaisait », explique Alexandre. « Ça donne un résultat peu amer et très aromatique, mais c’est la première fois que j’essayais cette façon de faire, je ne la considère donc pas nécessairement comme une NEIPA, je préfère la voir comme une IPA américaine simplement », poursuit-il.

Elle possède une robe dorée et trouble, la fraîcheur des houblons se démarquant en entrée de bouche tandis que les fruits tropicaux et les notes d’agrumes viennent conclure la gamme des flaveurs qu’elle procure. « On a misé sur le El Dorado à la base et on a ajouté le Mosaic pour son fruité que je connais bien. Le Simcoe ajoute une touche résineuse de pin alors que le Citra est utilisé pour ses pointes d’agrumes », complète le brasseur.

El Sicimo, la suite

Alexandre  reconnait que c’est tout de même compliqué de sécuriser les quantités de houblons nécessaires pour créer une bière du genre. Pour l’instant, il prévoit en brasser de six à huit fois, ce qui risque d’assurer sa présence sur les tablettes jusqu’à l’automne. Après cela toutefois, tout dépendra de la popularité du produit. Ces bombes aromatiques et juteuses du Nord-Est américain sont-elles une simple mode passagère ou sont-elles là pour rester?

Quoi qu’il en soit, en plus d’avoir une bière et une bande dessinée à son nom, El Sicimo pourra également se vanter de se retrouver sur un skateboard comme c’est le cas pour quelques-unes des bières du Trèfle Noir. Ceux-ci feront leur apparition très prochainement. O’Born Evil, Hurlevent, Black Lynx, Marabout, Pluie acide; en attendant la bande dessinée, les prochains antagonistes auxquels El Sicimo risque d’être confronté nous portent à réfléchir…