Voyages
Photo: Pixabay
Soirees_300_250

L’Oktoberfest en Bavière, une escapade de trois jours au Vermont, un bière et fromage au Luxembourg pour couronner une visite d’Abbaye… quelques mots clefs envoyés sur la toile suffisent pour constater que les destinations bières abondent pour qui est fanatique!

Il y a bien sûr les voyages offerts par Bières et Plaisirs, mais l’intention ici n’est pas de profiter de cette tribune pour glisser subtilement de l’auto-promotion… Dans le nord de la France par exemple, il y a l’Échappée Bière, une agence de tourisme spécialisée qui promène son foodtruck partout en région nord, où ont élu domicile une quarantaine de brasseries artisanales. Fière de représenter la région de France qui produit le plus de bière, l’agence propose aussi des circuits en Belgique. Sinon, au Québec, il y a l’agence de voyages montréalaise affiliée à Air Transat, Groupe Voyages VP, qui offre le circuit Bière, vin et Champagne depuis 2015.

Après une première année réussie avec trois départs, le Groupe Voyages VP aura reconduit quatre départs pour 2016. De plus, le conseiller en voyages Jean-François Duquette nous confirme que le circuit de 13 jours qui commence en Belgique, et parcourt certaines régions de la France et de la Suisse en passant par le Luxembourg reviendra en 2017. « Le volet bière du voyage comprend notamment un arrêt à la brasserie Timmermans de Bruxelles en Belgique, un incontournable pour initier les touristes à la culture brassicole tandis qu’ils mettent les pieds dans la plus vieille brasserie d’Europe! »

Bien qu’à son avis, la demande ne soit pas encore assez grande pour bâtir un forfait expressément pour la bière, M. Duquette prétend qu’il faille parfois faire preuve d’audace et ainsi faire passer l’offre avant la demande pour que les choses se passent. « Par exemple, on constate une recrudescence des voyages en République tchèque depuis que notre transporteur Air Transat offre un vol par semaine sur Prague », explique le conseiller, en rappelant que Transat avait annoncé en septembre dernier que la liaison Montréal-Prague verrait sa fréquence de vols passer à deux fois par semaine pour la même période, soit de mai à octobre. Après tout, le coût de la vie y étant bon et la bière pas mal ancrée dans les mœurs, on aurait raison de croire qu’il y aurait un potentiel à développer un circuit touristique autour de la bière proposant des excursions thématiques au royaume de la Pilsner.

Les agences de voyages québécoises n’ont peut-être pas encore exploré le créneau voyage autour de la culture brassicole en tant que motivation centrale, mais il reste que partir seul avec son baluchon ou entre joyeux nomades à la découverte de nouvelles bières est un projet envisageable sans trop de casse-tête grâce aux routes des saveurs d’ici et d’ailleurs à l’intérieur desquelles on inclut souvent des brasseries… Quand il ne s’agit pas de routes des bières tout court!

S’improviser G.O.

En effet, il est relativement facile pour de simples amateurs de bière de s’improviser comme gentils organisateurs. C’est le cas de Katia Bouchard, qui planifie d’ailleurs ces jours-ci son énième voyage brassicole, cette fois à Boston avec son conjoint tout aussi friand de bière. Les amoureux y rejoindront des amis dans le cadre du festival Extreme Beer Fest.

« J’adore voyager et j’aime la bière alors pour moi, une combinaison des deux va de soi », explique celle pour qui le voyage est plus qu’un loisir, mais un style de vie. Comment s’organise-t-elle? D’abord, elle choisit une destination : une ville, une région, un pays. La majorité du temps, des endroits qu’elle n’a jamais visités avec pour seule exception sa région d’origine, car elle éprouve un plaisir renouvelé à y retourner à titre de touriste, précise cette fière ambassadrice du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui en a d’ailleurs fait sa première destination bière en y escortant un groupe de collègues de travail du Mondial de la Bière en 2009. « Ensuite, je planifie le trajet en fonction du nombre de jours de vacances et des différents arrêts que je désire faire entre la bière et les produits de terroir, ajoute-t-elle, en précisant qu’elle s’inspire surtout du Web pour déterminer ses arrêts en ce qui concerne les brouepubs et microbrasseries, et des routes des saveurs pour ce qui est du terroir. Comme ce sont des domaines qui m’intéressent beaucoup, je m’informe des nouveautés durant toute l’année. Puis, j’ajoute des activités : une randonnée dans un parc ou la visite d’un site historique par exemple. »

Si elle se laisse d’une part porter par le voyage au gré des activités, des rencontres et des découvertes, l’organisatrice endurcie sait toujours d’avance où elle rentre coucher le soir. Ses trois principaux conseils d’aventurière : consulter les différents sites Web et forums pour en savoir plus sur les microbrasseries que l’on prévoit visiter; adapter son voyage à son budget et au nombre de jours de vacances prévu (Endroits à visiter? Distances à parcourir en fonction du prix de l’essence? Auberges ou camping?);  et enfin si vous voyagez au Québec : toujours tenir compte des distances, de la durée du trajet et du type de route.

Vous avez envie de vous inspirer des aventures de Katia? Visitez son site Web au katchouck.wordpress.com pour vous imprégner de son expérience. Bonne nouvelle : il y a selon elle au Québec beaucoup de choses à découvrir avec un budget de vacances raisonnable!

Douanes 101

Pour éviter les mauvaises surprises avant d’atterrir aux douanes canadiennes, sachez que la quantité maximale de bière que vous pouvez rapporter avec vous est de 8,5 litres; soit environ 24 cannettes ou bouteilles de bière de 355 ml.

Bootlegger 350