Toby Bouchard, un grand barbu au style hipster, est le troisième à manier le fourquet de la brasserie artisanale Le Saint-Bock. C’est bien par hasard  que s’est développée sa passion pour la bière de microbrasserie.

Quand il a commencé à travailler dans les cuisines du Saint-Bock, en 2009, il ne se doutait pas qu’il y serait toujours sept ans plus tard. Le natif de Saint-Jean-sur-Richelieu venait à peine de débarquer à Montréal pour des études en intervention psychosociale, et il ne connaissait rien au monde microbrassicole. « Je buvais surtout de la Hoegaarden », se souvient-il.

Et ce qui ne devait être qu’un emploi d’étudiant s’est transformé en carrière brassicole. C’est en faisant tranquillement son chemin vers le poste de maître-brasseur, en passant par le service, le lavage de cuves et l’aide au brasseur, qu’il a développé son goût pour les crafts.

L’homme de 27 ans a repris l’été dernier le flambeau des opérations de la brasserie montréalaise.

1Comment avez-vous commencé à brasser de la bière?

J’ai fait mes premiers brassins, par curiosité, avec les anciens brasseurs du Saint-Bock, lorsque j’ai commencé à laver les barils pour les aider. Quand le premier brasseur en chef, Dominic Charbonneau, a quitté son poste en 2011, son assistant Philippe St-Cyr a pris sa place. Et on m’a offert le poste d’assistant. La même chose s’est produite lorsque Philippe est parti pour démarrer la brasserie artisanale Boswell. Sauf que c’est moi qui suis maintenant brasseur en chef.

2La première bière que vous avez brassée?

Une IPA belge. Le maître-brasseur de l’époque, Philippe St-Cyr, aimait beaucoup la Belgo IPA de la brasserie américaine New Belgium Brewing Company, et m’a donné comme mandat de la reproduire. C’était en 2011. Le résultat final était drôlement proche de l’originale!

3La bière dont vous êtes le plus fier?

La Oh, Lord Jesus! C’est une Double IPA vieillie en fût de Chardonnay que j’ai créée cet hiver. Le mélange de houblon et de Chardonnay a vraiment donné un bon résultat. Le côté raisin blanc du Chardonnay est ressorti, mais je ne m’y attendais pas du tout. Je pensais plutôt produire quelque chose de moins fruité. C’est le meilleur produit que j’ai brassé à ce jour.

4Votre style de bière préféré? [À brasser et à boire].

À boire, un Brown Porter, pour ses côtés léger et torréfié. À brasser, une bière fumée, pour l’odeur dans la brasserie!

5Votre ingrédient préféré?

La noix de coco. Surtout dans un Brown Porter. Je suis vraiment fan de ce fruit. Et c’est un aliment qui s’agence vraiment bien aux autres ingrédients. J’ai travaillé trois ans en cuisine, comme assistant. Les idées d’agencements d’ingrédients me viennent justement de cette expérience en cuisine.

6Une brasserie québécoise que vous appréciez particulièrement?

La microbrasserie l’Hermite située à Victoriaville. J’aime leurs produits originaux, qui sont toujours très savoureux.

7Une bière québécoise que vous auriez aimé brasser?

La Solstice d’été aux framboises de Dieu du Ciel!. C’est une bière vraiment subtile, mais forte en même temps. Et il y a un bel équilibre entre le côté fruité et l’acidité. Je l’aime beaucoup!

8Vos impressions sur la bière au Québec…

Les brasseurs ont de plus en plus d’expérience et d’audace, et les produits sont de plus en plus diversifiés et funky.

9Qu’est-ce que nous réserve votre brasserie?

Une brasserie de production, des produits extravagants et de la bouteille. Du côté production, j’aimerais créer plus de recettes funky, qui sortent de l’ordinaire.