À l’image de la IPA américaine, la Session IPA est houblonnée, amère et met en vedette les variétés de houblons du Nouveau Monde, particulièrement celles des États-Unis. Elle demeure toutefois relativement légère en alcool, mais non en goût, avec un penchant certain pour son caractère houblonné aromatique et sa finale sèche.

Les bières de session, ou Session Ale comme on les appelle en Angleterre, sont des bières conçues pour être consommées, idéalement dans un pub en bonne compagnie, sur une longue période de temps. Pour ce faire, elles se doivent d’être faibles en alcool sans pour autant l’être en goût. Elles sont généralement en deçà de 4 % d’alcool.

Inspirez-vous de cette idéologie, ajoutez-y une bonne dose de houblons du Nouveau Monde aux parfums envoûtants, exploitez le dry hop à l’américaine et vous obtiendrez ce que les brasseurs américains ont baptisé Session IPA. Pour optimiser les arômes des divers cultivars, certains se permettent même de monter au-delà des 5 % d’alcool tout en conservant la mention Session.

Si cette utilisation du terme Session ne plaît pas forcément aux Anglais, il en demeure pour les Américains une version plus légère de leur India Pale Ale (IPA) sans pour autant compromettre leurs puissants arômes houblonnés.

Certaines brasseries et quelques experts bière anglais considèrent d’ailleurs qu’on ne peut qualifier une bière aux arômes aussi puissants de Session puisque dans l’esprit de l’idéologie Session Ale, c’est le moment ou l’occasion qui doit primer, et non la bière ou l’une de ses caractéristiques. Pour définir leurs nouvelles bières légères et houblonnées, ils parlent plutôt de Hoppy Light Ale, mais se font tout de même un devoir de les maintenir sous la barre des 4 % d’alcool.

Forte tendance nord-américaine

Qu’il en plaise ou non aux Anglais, la Session IPA s’est rapidement répandue chez les brasseurs nord-américains, et non seulement dans les pubs, mais également sur les tablettes du Québec avec des produits en bouteilles disponibles dans de nombreux points de vente.

Même Molson a sorti sa Canadian 67 Session IPA, l’un des rares produits de la brasserie à mettre l’accent sur les houblons. Si la version s’avère parmi les plus légères disponibles, tant en alcool qu’en goût, sa venue illustre bien la tendance qui s’est rapidement installée dans le marché. De même, les plus grosses microbrasseries québécoises n’y font pas exception, pensons à la Boréale ISA et à la St-Ambroise Session IPA.

Un profil nettement houblonné

La Session IPA est habituellement dorée ou légèrement ambrée et bien claire quoique des versions légèrement troubles sont également disponibles. Une belle mousse bien blanche et tenace la coiffe idéalement.

Des arômes dominants de houblon offrant des effluves typiques des variétés du Nouveau Monde, notamment agrume, florale, de pin, résineuse, épicée, de fruits tropicaux, de melon, et autres. Plusieurs versions sont houblonnées à cru et la présence du malt est réellement reléguée au second plan.

En bouche, le corps est souvent léger, mais certaines versions parviennent à offrir une texture impressionnante et fort agréable malgré le faible taux d’alcool. L’amertume varie quant à elle d’une version à l’autre, certains brasseurs préférant laisser le bouquet s’exprimer davantage et restreindre l’amertume en s’assurant toutefois de conserver une finale sèche. De même, on retrouvera les notes aromatiques en finale et une amertume variant de moyenne à prononcée.

Comparativement à la Pale Ale américaine, la Session IPA est moins forte en alcool, mais plus intense en houblonnage aromatique et parfois même en amertume.