La plupart des buveurs retournent leurs contenants consignés chez les détaillants et récupèrent leurs sous. Quelques passionnés conservent les contenants les plus originaux pour garnir leur collection. D’autres  mettent leur talent à profit en récupérant des bouteilles pour créer des oeuvres uniques… mais, le talent n’est pas toujours au rendez-vous.

Toutefois, certaines gens voient dans la consigne une excellente opportunité pour appuyer des organisations caritatives dans le financement de leurs projets. Que ce soit pour encourager les scouts de votre région, une équipe de hockey Pee-Wee qui aspire à participer à une compétition d’envergure à l’extérieur de la province ou encore, un organisme communautaire qui apporte un soutien psychologique, alimentaire, vestimentaire ou de logement à sa communauté, ce ne sont certainement pas les exemples qui manquent!

En effet, au Québec, on remarque que de plus en plus de personnes et d’organismes à but non lucratif s’adonnent à la collecte des contenants consignés pour arriver à leurs fins. Si vous êtes bien organisés, les récoltes pourraient surpasser vos attentes et vous pourriez même voir la cagnotte atteindre des centaines voire des milliers de dollars! Bien que l’initiative puisse venir de vous simplement, qui décrochez le téléphone pour partager cette suggestion à l’organisme de votre choix dont la cause vous tient à cœur, sachez que si vous n’êtes pas inspirés ou suffisamment organisés par vous-même, il existe une association qui peut faire le relai entre vous et leurs partenaires. Il s’agit de Consignéco, une organisation à but non lucratif née d’une entente établie entre Recyc-Québec et les acteurs principaux de l’industrie brassicole qui fait dans la consigne sociale depuis 2011. Sa mission? Faire connaître la valeur économique, écologique et sociale de la consigne en incitant les gens à rapporter les contenants de bière consignés chez les différents détaillants, lit-on sur le site internet de l’organisation.

En effet, tapez simplement « consigne sociale » dans votre moteur de recherche préféré et une fois sur le site Web de Consignéco, vous serez à quelques clics d’une carte interactive qui vous aidera à trouver un organisme partenaire du projet situé dans votre région. Mieux, incitez également votre employeur à remettre les contenants consignés récupérés sur les lieux de travail à une cause choisie, car la consigne sociale, c’est aussi une excellente occasion pour les entreprises d’ici de devenir un meilleur citoyen corporatif!

Des idées près de chez vous

Pour sensibiliser les jeunes aux différentes causes humanitaires, au bénévolat et à l’environnement, les écoles organisent souvent ce type de collectes. On l’a vu par exemple, à la suite de catastrophes naturelles à l’international. Pour venir en aide au peuple haïtien notamment, qui était victime d’un terrible séisme en 2010, les écoles au Québec comme ailleurs étaient nombreuses à profiter de l’événement malheureux pour organiser des cueillettes de bouteilles et canettes consignées pour ainsi envoyer argents et victuailles aux sinistrés. Par ailleurs, avec les coupures qui touchent actuellement les écoles, les loisirs passent nécessairement en dernier. De fait, le personnel et les élèves ont intérêt à trouver des sources de financement pour assurer le maintien de leurs propres activités et, du même coup, à poser des actions collectives favorables à l’environnement… Une autre bonne raison pour passer à l’action.

Les organisations scoutes aussi sont reconnues pour entreprendre la collecte des consignes quand vient le temps de financer certaines de leurs activités. C’est le cas du 103e groupe scout Saint-André-Apôtre, basé dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, qui fait deux collectes de bouteilles par an; les fonds récoltés permettent à une centaine de jeunes membres de participer à des camps de plein air quelques fois pendant l’année. Vous n’habitez pas ce secteur et préférez encourager des gens de chez vous? Contactez le groupe Scout de votre quartier, il y a sûrement moyen de s’organiser, car ils sont nombreux à travers la province à recourir à ce type d’activité de financement.

Des milliers de bouteilles à la mer…

Selon l’organisme CONSIGNaction, la valeur de consignes non réclamées au Québec s’élève à 20 M$ chaque année! C’est énorme comme argent perdu! Cela signifie, si l’on se fie aux infos divulguées sur le site consignaction.ca, qu’il reste 400 millions de contenants, toutes catégories de contenants consignés confondus, qui ne sont ni rapportés chez le détaillant ni mis à la collecte sélective. Dire que c’est toute la société qui pourrait en profiter…

Finalement, que ce soit pour récupérer son propre argent ou pour la faire profiter à d’autres, il n’y a aucune raison de ne pas profiter de la consigne. Si c’est la logistique d’entreposage et des retours qui vous pèsent, pensez qu’une canette ou une bouteille consignée ne traîne jamais longtemps dehors dans les moyennes et les grandes villes. Pensez à ces gens qui se lèvent aux aurores pour fouiller les bacs de recyclage dans l’espoir de récupérer quelques contenants consignés laissés pour contre;  d’ailleurs, vous pourriez leur faciliter la tâche en les laissant près du bac lorsque vous le mettez au chemin…