équipement de brassage
Soirees_300_250

L’achat d’équipement de brassage est peut-être l’un des principaux défis à relever pour celui qui désire brasser sa bière à la maison. La confusion que provoquent la pluralité des pièces d’équipement et leurs combinaisons infinies en dissuade sans doute plusieurs à se lancer dans l’aventure. Au fil de mes courtes chroniques, je tenterai donc de vous éclairer dans ce joyeux bordel.

Il y a autant de types d’équipements qu’il y a de brasseurs. Lorsque vient le temps de conceptualiser son équipement de brassage, il peut donc être difficile de savoir par où commencer. Je donnerai aujourd’hui quelques conseils très généraux avant de passer au plus spécifique.

Les coins ronds

Le souci du détail vous hantera durant toute votre vie de brasseur (et c’est une bonne chose !) Dans cette optique, certaines pièces d’équipement peuvent aider grandement à la qualité du produit. Le meilleur exemple serait de se doter de touries de verre plutôt que de chaudières de plastique. Cela vous aidera grandement à combattre les risques de contaminations et d’oxydation. Sa perméabilité à l’air et sa fâcheuse habitude de se couvrir de rayures rendent le plastique contreproductif pour le brasseur débutant, lui-même déjà bien vulnérable à ses propres erreurs. Le verre vous facilitera donc la tâche et se repaiera de lui-même.

Grosse Corvette…

Bien qu’il soit parfois crucial d’utiliser les bons outils, sachez qu’en général l’équipement ne fait pas le brasseur. Trop souvent, on voit des brasseurs débutants se lancer dans de folles dépenses dès le départ. Système avec deux pompes, refroidisseur à plaque, fermenteur cylindro-conique, et hop ! La facture monte à plusieurs milliers de dollars. Tant mieux si vous pouvez vous le permettre ! Par contre, sachez que l’on peut s’en sortir sous la barre des 500 $ pour un bon équipement capable de produire 20 litres de bière. De plus, alors que l’on pourrait croire que ces articles nous facilitent la tâche, c’est souvent exactement le contraire qui se produit. Un système de pompe est complexe à gérer et peut facilement ruiner votre journée si vous n’êtes pas assez expérimenté, surtout en cas de bris. Un refroidisseur à plaque, si l’on n’a pas l’expérience requise pour en faire un bon entretien, peut constituer une source d’infections répétées. Les fermenteurs cylindro-coniques causent aussi des maux de tête aux débutants, que ce soit pour l’entretien plus ardu que prévu ou pour les erreurs typiques concernant la gestion de la levure.

Ces équipements devraient plutôt être considérés comme des outils qui viendront vous aider lorsque vous aurez acquis assez d’expérience et ainsi compris leur rôle. Apprenez à travailler avec la gravité, pour ensuite la remplacer par une pompe; avec un refroidisseur simple (par immersion) avant le refroidisseur complexe; avec un fermenteur simple (tourie de verre, dame-jeanne) avant le fermenteur complexe. Votre apprentissage n’en sera que plus rapide et plus riche, tout en étant vraiment moins coûteux !

Et dans deux ans ?

Croyez-vous encore brasser d’ici là ? Acheter les mêmes choses en double peut être fâchant. Mieux vaut prévenir et acheter de l’équipement durable. L’acier inoxydable est sans contredit le matériau par excellence au niveau de la durabilité et de la salubrité des pièces rigides. Les chaudrons, valves, cuillères et cannes de transfert en acier inoxydable vous suivront toute votre vie et sont ainsi de bons investissements. Il en va de même pour le silicone pour vos boyaux flexibles. Ce matériau est beaucoup plus résistant aux égratignures et à la chaleur que le vinyle, ce qui vous permet de faire passer le moût chaud à l’intérieur, ou de les désinfecter dans l’eau bouillante.

Ensuite, prévoyez-vous augmenter votre volume de production à moyen terme ? Avec le temps, les brasseurs veulent souvent produire plus de bière, puisque brasser signifie souvent se faire de nouveaux amis, donc plus de soifs à soulager. Par exemple, vous pourriez préférer acheter dès le départ des chaudrons d’une capacité de 55 litres. Cela vous permettra d’empâter et de bouillir vos premiers brassins de 20 litres, tout en ayant la capacité de produire vos éventuels brassins de 40 litres.

Salissez-vous les mains

Finalement, inspirez-vous d’équipements de brasseurs expérimentés. Et ne soyez pas gênés, allez travailler avec eux ! Il n’y a rien de mieux que d’utiliser directement l’équipement pour savoir si l’on aime ou pas. Puis, peu de brasseurs refusent de l’aide pour tout nettoyer en échange de quelques conseils !

Ateliers_300_250

Comments are closed.