Les india Pale ale américaines, amères à souhait

D’origine anglaise, la India Pale Ale s’est vu ressusciter sous un nouveau jour aux États-Unis il y a quelques années. Le style est non seulement devenu un des préférés de nos voisins du sud, mais un des grands favoris des amateurs de bières de spécialités. Merci aux nombreuses variétés de houblons américains; on distingue maintenant facilement la India Pale Ale américaine de la version anglaise.

La India Pale Ale se caractérise par sa grande teneur en houblon que l’on détecte facilement par ses propriétés olfactives ou amérisantes. Où les versions anglaises ont tendance à conserver un équilibre avec le côté malté de la bière au grand plaisir des puristes, les versions américaines préfèrent abuser des apports du houblon, repoussant continuellement les limites, et faisant la joie des hop heads, les amateurs de houblons. Généralement, les Britanniques la bras­sent avec des levures et des houblons anglais alors que les Américains misent sur les ingrédients américains.

Du houblon « made in USA »

Grands producteurs de houblons, les Américains sont à l’origine de la création de variétés de houblons qui regorgent d’acides alpha, et par conséquent, qui four­nissent beaucoup d’amertume et un apport très aro­matique à la bière. Les IPA américaines proposent ainsi un houblonnage costaud dont les arômes évo­quent notamment le pamplemousse et les fruits exotiques.

C’est d’abord la Pale Ale de l’américaine Sierra Nevada Brewing Company qui a mis les houblons américains sur la « map » au début des années 1980. Ce grand classique de la brasserie a été l’une des premières à exploiter le Cascade, un houblon aux puissants arômes d’agrumes qui a longtemps été le porte-étendard des houblons américains.

Afin de conférer à la bière un maximum d’arômes de houblons et une amertume tranchante, les brasseurs utilisent plusieurs techniques allant du hou­blonnage en continu au houblonnage à cru, ou dry­hopping, en passant par l’utilisation d’huiles et d’extraits de houblon.

Certains segmentent également les IPA américai­nes en deux principales influences : les West Coast IPA qui exploitent au maximum les houblons produits sur la côte ouest tant en amertume qu’en aromatique et les East Coast IPA qui s’apparentent davantage à leur origine britannique présentant notamment un corps plus rond, créant ainsi un équilibre entre l’apport des malts et des houblons. Tous ne s’entendent pas sur ces distinctions…

Quelques caractéristiques

En termes d’apparence, la couleur des IPA américaines varie de blond à ambré foncé. La mousse est habituellement abondante et tenace. Les arômes sont bien entendu ceux des houblons, mais comme il en existe différentes variétés, on est loin de la redondance.

On peut ainsi retrouver des notes d’agrumes, de résine, d’épinette, florales ou herbacées, provenant de variétés américaines de houblon. Le malt peut également laisser quelques flaveurs de caramel dans les versions plus foncées. En bouche, elle est veloutée et son corps est moyen, encore là tout dépendant de la quantité de malt utilisé. Bien sûr, on retrouve également une amertume franche, parfois même explosive. La finale est habituellement sèche et persistante.

Accords mets et IPA

L’amertume de la IPA lui permet d’intensifier les plats épicés tout en restant rafraîchissante. Elle se marie bien avec les grillades de poissons et de poulet, les charcuteries, les salades et quelques fromages goûteux. Les plats aromatisés au citron et aux agrumes donnent également des résultats intéressants. Le zeste de citron et l’avocat sont aussi des ingrédients qui vous feront découvrir de beaux accords.

 Photo Aaron007 | Dreamstime.com