C’est effectivement un excellent choix si vous désirez que votre bière soit de cette couleur mais ce n’est pas nécessairement la meilleure option pour savourer pleinement votre bière.

Doit-on utiliser une flûte, un calice, un bock, une chope, un verre à dégustation (snifter), un verre cylindrique (le stange allemand), une tulipe, un verre à weizen, une pinte ou encore une botte ? Ou boire à même la bouteille ?

Et qu’en est-il de la pléthore de verres qui sont disponibles sur le marché ? Pourquoi ne pas se verser une Orval dans un calice Orval ? Ou une Hefe Weissbier de Weihenstephaner dans son propre verre à weizen ?

Garrett Oliver, réputé maître-brasseur chez Brook­lyn Brewery, qui se considère tant un maniaque de la bière que du vin, affirme que la bière offre beaucoup plus de diversité gustative que le vin. Pour apprécier cette diversité, il est préférable d’uti­liser un verre.

Un verre est beaucoup plus qu’un contenant qui tient votre bière en attendant que vous preniez votre prochaine gorgée. Sa forme ainsi que ses caractéristiques affectent les perceptions que vous recevrez et par conséquent les flaveurs de la bière.

Les principales formes de verre utilisées dans le monde de la bière vous sont brièvement présentées tandis que la prochaine chronique fera les liens entre les verres et les styles.

La pinte

Ce type de verre est surtout associée aux bières anglaises. Sa forme légèrement évasée ferait perdurer la mous­se. Par contre, cette même forme laisse échap­­per les flaveurs de la bière ce qui rend difficile la dégustation.

La chope

Associée à l’Allemagne, le petit couvercle servait selon certains à garder la bière froide tandis que d’autres suggèrent qu’il empêchait les insectes ou autres indésirables de se retrouver dans la bière. Quoi qu’il en soit, en la prenant par l’anse, la main demeure éloignée de la bière ce qui en ralentit le réchauffement. Sa paroi épaisse nuit à la dégustation puisque cette même épaisseur tend à rendre la bière plus sucrée. Par contre, prendre une bière alle­mande dans un maßkrug au fameux Hofbräuhaus de Munich est une expérience à vivre !

Le ballon

On l’associe à des les bières à plus haute teneur en alcool. Le ballon y emprisonne les flaveurs tandis que son ouverture légèrement refermée concen­tre ces dernières ce qui permet d’apprécier la complexité généralement associée à ces bières chaleureuses.

La flûte

On pense immédiatement au champagne et à son côté festif. Tout comme pour celui-ci, elle con­vient aux bières effervescentes. Sa longueur permet d’en apprécier pleinement les bulles qui montent vers la surface. Les bières effervescentes tendent aussi à produire beaucoup de mousse, il faut donc y aller doucement lorsqu’on verse la bière.

La tulipe

Son rebord évasé permet d’explorer les différentes composantes organoleptiques de la bière. Sa forme permet aussi au liquide de se faufiler sous la mousse et donc de faciliter la dégustation. Le matériel utilisé pour le fabriquer est généralement plus mince ce qui le rend plus fragile.

Le calice

Par sa forme, il est difficile de ne pas faire un lien avec la religion. Sa large ouverture permettrait de libérer pleinement les arômes de la bière. Par contre, son épaisseur nuit à la dégustation. Il est généralement lourd et les chances d’en renverser le contenu augmentent avec le nombre de biè­res dégustées !

Le verre en plastique

Il n’y a rien comme un festival de bières pour goûter à plusieurs bières. Par contre, on vous les sert souvent dans un petit verre en plastique. Que faire alors ? C’est le temps d’utiliser la rétro-olfaction. Vous n’avez qu’à prendre une toute petite gorgée de bière, aspirer de l’air tout en gardant la bière dans votre bouche et finalement expirer par le nez. Vous serez ainsi en mesure d’apprécier les différentes flaveurs qui proviennent de votre bière. Cette technique vous sera aussi utile même dans des conditions optimales de dégustation.