Délicates, fruitées et épicées, les bières de blés sont tout indiquées pour la période estivale. Légères, elles rafraichissent et charment avec leurs esters de bananes, de poires et les quelques notes de clou de girofle qui donnent vie à l’agréable présence veloutée du blé.

Les bières de blé, la plupart du temps appelées bières blanches, ne cessent de croître en popularité, mais c’est surtout l’interprétation belge, la Witbier ou blanche belge, que l’on retrouve dans la majorité des brasseries du Québec. D’origine allemande, la Weizen, ou Weiss, a un peu moins la cote, mais elle gagne certainement à être connue. Les versions les plus authentiques témoignent à la fois d’une complexité et d’une facilité déconcertante à rafraichir !

C’est réellement les levures utilisées qui marqueront la différence entre les deux styles. Les levures belges développent des arômes d’agrumes et d’épices que l’on agrémente de coriandre et d’écorce d’orange; les levures allemandes mettent plutôt à l’avant-plan les arômes de banane, de poire et de clou de girofle.

Des notes de blé (pain frais) sont quelques fois présentes, contrairement aux malts et aux houblons qui restent assez discrets. De faibles notes aigrelettes et citronnées apparaissent parfois, tout comme les notes de vanille et de « gomme balloune ». Ces dernières caractéristiques ne sont jamais dominantes, mais peuvent ajouter à la complexité de la bière.

Contre toute attente, la Weizen n’est pas blanche, mais plutôt de couleur paille à ambrée. Elle est coiffée d’une mousse épaisse et tenace. La bière est souvent voilée, à l’exception des versions « kristall » qui sont filtrées et par conséquent scintillantes. Dans les versions « hefe », la levure en suspension peut amplifier l’impression de rondeur, ce qui est toujours agréable.

Traditionnellement, la Weizen devrait être assez effervescente ce qui est souvent le cas avec les versions que l’on retrouve en bouteilles. En fût, cette caractéristique est plus difficile à rendre et elles se présentent quelquefois un peu plus onctueuses, ce que certains, apprécient particulièrement.

Pâle, épicée, fruitée et rafraîchissante, la Weizen ne supporte pas très bien le temps et doit de préférence être bue fraîche. Pour la version « hefe » qui contient de la levure dans la bouteille, on suggère de l’agiter légèrement avant le service afin de bien incorporer la levure et de profiter de tous les arômes.

L’origine de l’HefeWeizen

On en connait peu sur l’origine exacte de la Weizen, mais on croit qu’elle est apparue au Moyen Âge à travers les tribus germaniques qui brassaient leur bière en fonction des récoltes. Les céréales les plus communes étaient l’orge et le blé, il est donc facile de s’imaginer qu’on a simplement décidé d’utiliser les deux sortes de céréale pour ne créer qu’une seule bière. Le résultat est beaucoup plus pâle que la bière fabriquée à l’époque, à un point tel, qu’on la disait « weisse », soit « blanche » en allemand. L’utilisation du terme « weizen » qui signifie « froment » ou « blé » en allemand s’est toutefois davantage répandue.

 Les multiples variantes d’HefeWeizen

Comme vous le constaterez à travers vos dégustations, plusieurs juxtapositions peuvent s’ajouter à « weizen » pour préciser certaines caractéristiques du produit. On retrouve notamment la Hefeweizen où « hefe » signifie « levure » et qui indique que la levure est en suspension dans la bouteille. À l’instar, la Kristallweizen – « kristall » signifiant « claire » – est une bière de blé filtrée.

On retrouve aussi des Dunkelweizen, où « dunkel » signifie « foncé », et des Weizenbock, qui marient les meilleures caractéristiques d’une Weizen à celles d’une Bock. La bière est ainsi forte, maltée et fruitée, le tout avec les notes typiques de la Weizen : clou de girofle et banane.

Les brasseurs nord-américains se sont également amusés à transformer la Weizen, notamment Les Trois Mousquetaires avec son Imperial Weizen avoisinant les 10 % d’alcool et bien sûr, les multiples Hopfenweisse qui sont apparues sur le marché inspirées de la folie des houblons. Avouons tout de même que le résultat est loin d’être méchant.

Notre dégustation d’HefeWeizen

D’emblée, la Blanche de Brasseurs du Monde nous a surpris avec ses épices non traditionnelles de gingembre, de cardamome et de coriandre. Le tout est bien agréable, mais ne correspond pas au style attendu. L’Archange du Bilboquet reflète plutôt bien le tout, dans une version atténuée, avec des arômes subtils, mais présents et quel­ques notes de blé et de céréales.

La Farnham 12 met de l’avant le blé, la céréale et des notes légèrement citronnées. Les flaveurs attendues demeurent tout de même assez subtiles. Dans la Sein d’Esprit, ce sont les arômes de girofle, de banane et de houblon qui prédominent. Elle est également mince et sèche, par conséquent rafraîchissante.

Finalement, la Belle Gueule Hefeweizen est à la fois très savoureuse et rafraîchissante. C’est sa texture moelleuse et l’équilibre de ses flaveurs bien goûteuses qui nous ont séduits. C’est un grand coup qu’à fait Brasseurs RJ avec la sortie de ce produit il n’y a pas si longtemps.

[divider]Belle Gueule Hefeweizen[/divider]

Présentation

Hefeweizen à 5,2 % d’alcool, brassée par Brasseurs RJ à Montréal et embouteillée depuis 2012. Elle fut concoctée à partir d’une souche de levure provenant de la banque de Weihenstephan, une réputée brasserie allemande notamment connue pour sa Hefe Weissbier.

Description

Blond orangé trouble, elle est couronnée d’une onctueuse mousse blanche qui s’estompe tranquillement. Au nez, un franc bouquet de banane et de girofle nous invite à y plonger les lèvres. En bouche, elle est moelleuse et pleine d’arômes typiques qui finissent par laisser l’avantage au blé et aux esters de banane.

Suggestion

La Weisswurst, une saucisse de veau bavaroise, est définitivement votre premier choix ! Elle fait également bonne figure avec des croutons au chèvre et pesto maison.

[divider]L’Archange[/divider]

Présentation

Hefeweizen à 5 % d’alcool, brassée par le Bilboquet à Saint-Hyacinthe et embouteillée depuis 2008. Dans les religions juive, chrétienne et musulmane, l’archange est reconnu comme un ange supérieur. On dit qu’elle rappelle la douceur et la rigueur dont fit preuve cet ange issu des plus hautes sphères célestes.

Description

Blonde brumeuse, elle se présente sous un mince col mousseux de bulles très fi­nes. Au nez, elle est un peu fruitée, aux notes de banane et d’agrume. En bouche, elle est onc­tueuse et assez sucrée, on y perçoit des pointes de blé et de céréales, ainsi que de subtiles notes épicées. La finale s’étale sur une pointe d’acidité rafraîchissante.

Suggestion

Accompagnez-la de diverses viennoiseries ou de pain brioche tartiné de fromage de chèvre pour en faire ressortir les flaveurs de banane et d’épices. Le Gouda lui convient également bien.

[divider]Sein d’Esprit[/divider]

Présentation

Hefeweizen à 5 % d’alcool, brassée par le Broadway Pub à Shawinigan et embouteillée depuis 2009. Elle a maintes fois servi de bases pour d’autres bières disponibles uniquement en fût; Sein d’Esprit à la pomme et à l’argousier, aux fraises et rhubarbe, aux framboises et même en Dunkelweizen.

Description

Blond paille pâle, elle est coiffée d’une mince mousse blanche fuyante. Au nez, des arô­mes de levure fruitée et agrume. En bouche, le blé et le malt sont perceptibles et entremêlés de petites notes sucrées de banane et de girofle. Elle est mince et sèche; sa finale quant à elle est légèrement houblonnée.

Suggestion

À servir pour accompagner des plats de volaille, mais elle convient également bien à des pâtes au fromage de chèvre.

[divider]Farnham 12[/divider]

Présentation

Hefeweizen à 5,2 % d’alcool, brassée par Farnham Ale & Lager à Farnham et encannettée depuis 2013. En 2008, Brasseurs et Frères proposait la Clé des Champs pour le festival du même nom de Dunham. Par la suite devenue la Blanche de Dunham, elle est de retour, légèrement différente.

Description

Jaune trouble, elle est couverte d’une onctueuse mousse blanche qui fuit rapidement. Au nez, on dénote surtout des arômes de blé, de céréale et de banane. En bouche, de subtils arômes de banane percent les flaveurs dominantes de blé et de malt. Légère et agréable, sa finale est un tantinet acidulée.

Suggestion

Servir pour accompagner des plats de viande blanche. Elle fut particulièrement délicieuse en compagnie d’un filet de pangasius à la poêle, sauce dijonnaise.

[divider]Blanche[/divider]

Présentation

Hefeweizen aromatisée aux épices à 4,5 % d’alcool, brassée par Brasseurs du Monde à Saint-Hyacinthe et embouteillée depuis 2011. Cette bière de blé à l’allemande offre un clin d’oeil à la tradition belge avec l’incorporation d’épi­ces sou­vent utilisées dans les blanches belges.

Description

Blanc paille et trouble, surmontée d’une belle mousse blanche, elle propose un nez puissant d’épices, évoquant notamment le gingembre et la cardamome. En bouche, les flaveurs de banane et de clou de girofle se font subtiles et laissent plutôt les épices s’exprimer. Elle est douce, légère et très rafraîchissante.

Suggestion

Son côté épicé conviendra bien à diverses salades et plats plus légers. Nous l’avons particulièrement appréciée avec une confiture de bleuet.