La troupe du Lion d’Or, de gauche à droite; Terry Drew, Stephen Groves, Stan Sr Groves, Stanley Jr Groves et Keven Groves.

En 1986, le Lion d’Or ramène la bière artisanale dans l’est du pays après une absence de plusieurs décennies, engendrant sans le savoir une révolution de l’industrie brassicole. En juillet 2012, le Pub entamera sa 26e année de brassage  artisanal; il est le plus vieux brouepub au Québec. Le secret de sa longévité? Rester authentique.

L’histoire du Lion d’Or débute bien avant 1986. C’est en 1972 que Stan Sr Groves et deux collègues professeurs de Bishop’s University, Bob Barnett et David Seale, décident d’acquérir une propriété au coin des rues College et Queen à Lennoxville pour y ouvrir un pub.

«Nous voulions en faire un lieu convivial où étudiants et professeurs pourraient échanger en savourant une bonne pinte. On nous a donc donné un permis de brasserie qui se situait à l’époque entre ceux de bar et de restaurant», explique Stan Sr.

En référence aux armoiries du Royaume-Uni et du signe astrologique de Stan, le nom Lion d’Or, «Golden Lion», est adopté. À l’intérieur des 10 premières années, la famille Groves rachète les parts et fait du pub une entreprise familiale dans laquelle tous les membres s’impliquent.

Dans les années 70 et 80, le pub marche à merveille et devient l’un des endroits prisés des étudiants de la région pour bien manger et savourer une bonne pinte. Il permet également à de nombreux étudiants de travailler pour payer leurs études. Stan et ses collègues aimeraient toutefois pouvoir offrir une meilleure sélection de bières, préférablement de tradition anglaise.

Initier le mouvement

En 1982, John Mitchell défie l’autorité en ouvrant, avant la réception d’un permis de brassage, sa Horseshoe Bay Brewing Company au nord-ouest de Vancouver. Deux mois plus tard, il reçoit son permis, le premier émis au pays depuis près de 95 ans. «S’ils peuvent le faire, nous pouvons le faire aussi», se dit aussitôt Stan Sr qui souhaite profiter de cette opportunité pour finalement offrir des bières anglaises à même son pub.

Au tournant du 20e siècle, la région de Sherbrooke jouissait de trois importantes brasseries locales, Silver Spring Brewery, Burton Brewery et Wilson Brewery, qui avaient depuis fermé leurs portes. Le Lion d’Or avait enfin la chance de faire revivre cet héritage brassicole régional.

«Stanley Jr, mon fils aîné, était à Edmonton à l’époque et je me souviens l’avoir contacté pour lui faire part de cette grande nouvelle. Nous sommes allés à Vancouver pour rencontrer M. Mitchell, puis nous nous sommes lancés», raconte Stan Sr.

Apprendre du meilleur

Excité à l’idée de se lancer dans ce nouveau défi, Stanley Jr part faire ses apprentissages de brasseur en Angleterre. Il y fera la connaissance de Peter Austin et d’Alan Pugsley, deux personnages importants de l’expansion des microbrasseries en Angleterre et aux États-Unis.

Au retour de Stanley Jr, la famille se lance dans l’installation de la brasserie. Stanley Jr rapporte plusieurs plans d’Angleterre pour faire reproduire l’équipement sur lequel il s’est exercé par une entreprise locale. L’ancienne station Texaco achetée par la famille quelques années auparavant permettra d’abriter le tout.

Si l’accessibilité en équipements spécialisés fait défaut en Amérique à l’époque, Stanley Jr et son confrère Alan Pugsley compensent en faisant preuve d’ingéniosité. Ainsi, à titre de fermenteurs, ils se dotent de cuves à lait provenant d’une des nombreuses fermes laitières de la région. Le Lion les utilise encore aujourd’hui.

Pub anglais et bières de session

Dès juillet 1986, le Lion offre sa première bière typiquement anglaise, une brune caramélisée des plus rafraîchissantes, une vraie bière de session. D’autres recettes se développent tranquillement au fil des ans pour répondre aux goûts distincts de la clientèle et quelques fermenteurs s’ajoutent.

Mais à travers ces 25 années, certaines choses n’ont jamais changé et ne changeront probablement jamais. Les bières font honneur à la tradition anglaise, la cuve de brassage est toujours la même et la famille Groves est tout aussi passionnée par sa brasserie.

Le Lion est là pour de bon, avec ses bières d’influence anglaise qui se laissent boire facilement, son menu de pub traditionnel et sa salle de brassage modeste, juste assez grande pour bien desservir la clientèle locale… et un peu plus. Small is beautiful!