J’aime bien les de la danoise Mikkeller. Cette semaine, c’est la Frelser qui m’a séduite.

Une et opaque, seule une petite couverture de mousse beige l’embellit légèrement. Après quelques gorgées, cette timide mousse aura laissé une légère dentelle sur le verre.

De style doppelbock avec un léger 11 % d’alcool par volume, aucune surprise à ce que ce soit des effluves d’alcool qui se manifestent en premier. Des traces de fruits foncés se présentent timidement. et mélasse suivent mais avec une intensité plus élevée. Le bouquet se termine par une odeur qu’on retrouve qu’occasionnellement dans une  : de la sauce soya! Un nez différent qui laisse présager de belles choses à venir.

Aucun étonnement en bouche puisque la première saveur à se manifester est celle de l’alcool. Tout comme au nez, je goûte maintenant un filet de fruits foncés, du malt, de la mélasse et de la sauce soya. En plus, je trouve un peu de poivre et un peu de résineux. Cette plaisante gorgée se termine, tout naturellement, sur cet alcool fort présent auquel se mêle malt et sauce soya. Une bière pas tout à fait typique qui la rend encore plus intéressante.

La Frelser est une bière corsée : vous en aurez donc plein la bouche. Avec un tel taux d’alcool, elle est moins carbonatée que la moyenne. Elle est légèrement sucrée et encore moins amère. Sa texture est légèrement alcoolique, moins que ce que le pourcentage d’alcool suggère.

En deux mots : bien bon.

A propos de l'auteur

Chroniqueur depuis les premiers balbutiements de Bières et Plaisirs, Sylvain Cloutier n’hésite pas à partager sa passion et ses connaissances sur la bière. Butinant de brasseries en festivals. ses nombreux voyages à travers le monde permettent d’appuyer son analyse de la dégustation avec plusieurs repères internationaux. Quelle que soit la bière qu’on lui présente, il trouvera un moyen de la savourer avec grand plaisir.

LAISSER UN COMMENTAIRE - MEMBRES FACEBOOK SEULEMENT