Si vous prenez vos vacances dans la région Bas-Saint-Laurent/Gaspésie cet été, ne soyez pas surpris de constater que la région fourmille de microbrasseries. Après Percé, Matane, Rimouski, Amqui et Carleton, c’est maintenant au tour de Rivière-du-Loup d’avoir sa propre artisanale.

Ouverte depuis le 3 mars dernier, la , propriété de messieurs Éric Viens et Frédéric Labrie, souhaite offrir des fabriquées avec des ingrédients québécois. «Nous aurons des faites de grains québécois bio maltés dans des malteries québécoises comme MaltBroue, Malt Mauricie et la Malterie Frontenac. Nous utiliserons aussi, dans la mesure du possible, des houblons québécois», précise Éric Viens, l’un des deux copropriétaires qui affirme faire lui-même pousser son propre houblon.

Rien ne destinait les deux jeunes hommes de 35 et 40 ans à devenir . Il y a 9 ans, ils se liaient d’amitié dans un centre jeunesse alors qu’ils oeuvraient tous deux en travail social. Amateurs de bonnes bières, ils sont vite devenus partenaires de . De fil en aiguille, l’idée d’ouvrir leur propre microbrasserie a fait son chemin et est devenue réalité. Mais il fallait d’abord se perfectionner. «Je suis allé suivre une formation aux Laboratoires Maska à Saint-Hyacinthe. Ensuite, j’ai fait un stage au Naufrageur et j’ai brassé à Le bien, », explique M. Viens.

Fin mars, les équipements de brassage neufs venaient tout juste d’être livrés. Si tout se passe comme prévu, Aux fous brassant devrait être en mesure d’offrir ses propres créations – de styles , anglais et américain – en mai. En attendant, les 8 lignes de fût laissent couler les bières du Naufrageur et du Corsaire. Et pour calmer les petites fringales, des assiettes à partager de nachos, charcuteries et fromages de la région enchantent les affamés.

Moins d’un mois après l’ouverture, la clientèle avide de découvertes se presse déjà aux portes et ce, sans aucune publicité. L’ambiance chaleureuse et relaxante où le bois domine semble avoir fait des adeptes. «C’est au-delà de nos espérances. Le bouche à oreille fonctionne à merveille», commente Éric Viens.

Lorsque la microbrasserie sera parfaitement rodée, les copropriétaires souhaitent embouteiller leurs produits afin de les distribuer un peu partout au Québec. Les deux comparses caressent aussi le désir de partir sur la route des festivals, «mais pas la première année», lance le brasseur. Petit train va loin…

[www.auxfousbrassant.com]

LAISSER UN COMMENTAIRE - MEMBRES FACEBOOK SEULEMENT